La mort de L’Hebdo était parfaitement évitable. Explications.

L’Hebdo va disparaître. Une page se tourne – des milliers, en fait. L’événement est abondamment commenté. Normal, le magazine existe depuis plus de 35 ans, et il a marqué la vie politique, culturelle, sociale, économique de la Suisse romande. Je crois que cette mort annoncée était évitable.

Comme j’ai eu l’occasion de le dire à l’émission Médialogues de la RTS http://www.rts.ch/play/radio/medialogues/audio/licenciee-de-lhebdo?id=8307129 nous avons souvent manqué de moyens pour développer des projets qui, s’ils avaient été mieux compris et soutenus par la direction, nous auraient permis de trouver de nouvelles audiences et de nouvelles recettes.

Au-delà des enjeux comptables et financiers, j’ai lu et entendu beaucoup de remarques. Il se trouve que j’ai travaillé plus de 13 ans à L’Hebdo, comme responsable de la politique suisse puis comme rédactrice en chef adjointe, je me sens tenue de répondre. D’expliquer – parce que comme le dit Alain Jeannet, on n’a peut-être pas assez expliqué dans quelle situation nous nous trouvions et pourquoi nous opérions – ou pas – certains choix.

Expliquer oui. Pas justifier – on n’est pas au tribunal, j’espère. Oui, j’espère que l’on est encore et toujours dans une démocratie où chacune et chacun a le droit de défendre ses opinions, et où l’on reconnaît aux journalistes un devoir particulier en la matière.

Alors, je vais prendre un peu en vrac tous les reproches ou critiques.

 

« Journal de gauche, pour les uns. Journal de droite, pour les autres. » J’ai envie de répondre : ni de droite, ni de gauche, mais engagé, défendant des valeurs d’ouverture au monde, vecteur et fédérateur d’une identité romande, porte-voix des intérêts romands, agitateur d’idées, agaçant, bousculant les pouvoirs (c’est un peu la fonction de base de la presse, non?), imparfait, énervant, fidèle à lui-même,….

Des réactions courroucées  d’élus indignés par nos articles ou nos prises de position, j’en ai reçu de droite et de gauche, du centre et d’ailleurs,…

Mais des lecteurs m’ont aussi écrit après mon licenciement en octobre dernier: » je n’étais de loin pas toujours d’accord avec vous, mais j’avais plaisir à vous lire, car vous aviez une ligne. Je vous regretterai. »

« Lancez un média neutre », suggère un ami facebook. Non, merci, je ne crois pas. Il n’y a que les agences de presse – et encore – qui soient neutres. Les médias de service public ont une obligation d’équilibre – minutes d’antennes réparties selon les partis.

Mais je ne crois pas qu’un journal puisse être neutre. Les journalistes se doivent d’être honnêtes, de chercher la vérité, de ne pas travestir les faits (autant de choses qui devraient les rendre furieusement tendance et désirables dans les 4 prochaines années trumpiennes). Ce qui compte, c’est l’honnêteté intellectuelle, la cohérence.

 

« L’Hebdo n’a pas assez innové, média papier ringard, qui n’a rien compris à l’ère digitale. » Je résume. Ça, ça fait un peu rire jaune. L’Hebdo a lancé en 1995 déjà une plate-forme digitale le webdo. Il a été totalement précurseur. Ce bel élan, comme tant d’autres initiatives issues de la rédaction, a été cassé par la direction au début des années 2000.

Fiction : L’Hebdo serait-il éradiqué en ce début 2017 si le webdo avait pu continuer son expérience?

L’Hebdo a également lancé le Bondyblog en 2005, après les émeutes dans les banlieues françaises. Un exemple de reportage de terrain, et de média citoyen, repris ensuite par les principaux concernés.

En 2007, L’Hebdo a couvert les élections fédérales avec le Blog & Breakfast – un journaliste dans un canton, dormant chez les candidats qui voulaient bien l’héberger. Là aussi de l’immersion de terrain, du blog, des vidéo, des reportages classiques.

En 2007 aussi (sauf erreur), L’Hebdo, soucieux de promouvoir la relève journalistique, lance les Blog trotters – sur le modèle de l’émission de la RTS « La course autour du monde », des jeunes parcourent pendant les semaines d’été le monde, envoient leurs reportages. Les meilleurs paraissent dans le magazine. Ce fut, des années durant, une formidable école de journalisme.

En 2012, sommé d’animer son site internet devant le paywall (le mur payant) sans ressources journalistiques supplémentaires (alors que les programmes d’économies successifs avaient déjà réduit l’équipe rédactionnelle à l’os), L’Hebdo invente une plate-forme de débats ouverte aux alumni du Forum des 100 (créé en 2005 – j’y reviendrai plus tard). Grâce à son carnet d’adresses, grâce à l’entregent de ses rédacteurs, nombre d’experts et de personnalités romandes acceptent de bloguer régulièrement et quasi-gratuitement en échange de la mise en valeur de leurs réflexions sur les réseaux sociaux grâce à la bannière de L’Hebdo.

Début 2015, après le mercredi tragique des attentats de CharlieHebdo, nous confectionnons en quelques heures une édition spéciale numérique, grâce au soutien de nos blogueurs et dessinateurs associés. Dans les semaines suivantes, j’ai reçu maintes marques d’estime des quatre coins  de la francophonie où notre pdf avait essaimé: France, Belgique, Canada, Afrique.

Donc, merci, l’importance de la bascule numérique, ce n’est pas comme si on ne l’avait pas vue venir. Il nous a souvent manqué les moyens de développer nos projets, car à côté de cela, nous continuions à produire chaque semaine le magazine et toutes sortes de numéros spéciaux ou de suppléments.

 

« Avant d’être lâché par son éditeur, L’Hebdo a été lâché par ses lecteurs. » Je laisse répondre ceux qui ont le droit de produire les chiffres (mes conditions de licenciement stipulent que je ne peux rien divulguer en la matière).

Mais ,disons que longtemps L’Hebdo a perdu moins de lecteurs que le reste de la presse écrite grâce notamment à sa stratégie de régionalisation. Ce sont les annonceurs qui ont peu à peu déserté les pages du magazine, surtout parce que les stratégies d’acquisition de la publicité n’ont cessé de varier (centralisation à Zurich, fermage pour TF1, rachat du Temps, création des structures Ringier-Axel Springer et admeira,…) : trouver de la pub pour L’Hebdo n’a jamais été la top priorité de ceux qui en avaient la charge (pour des raisons éthiques évidentes, la rédaction ne peut assumer cette tâche). Avec disons 5 ou 6 pages de pub supplémentaires dans chaque édition, L’Hebdo n’aurait pas sombré dans les chiffres rouges. L’effort n’était pas surhumain. Les vendeurs de pub sont comme les contrôleurs fiscaux : plus il y en a, plus ça rapporte.

 

Je m’arrête là pour l’instant. Mais ne voulant pas frustrer ceux qui trouvent extravagants que j’aie continué à défendre une ligne pro-européenne, je les renvoie à ce texte paru dans L’Hebdo et désormais disponible sur mon site. http://chantaltauxe.ch/les-proeuropeens-sont-patriotes/

 

 

 

Trump, apocalypse now, et les indignés

Vous je ne sais pas, mais moi je sature avec l’ambiance « apocalypse now » de ce 20 janvier. Non pas que je veuille minimiser les risques ou le choc que représentent une présidence Trump, mais bon, voilà: Donald Trump va être président. S’il dérape grave, il y aura toutes sortes de contre-pouvoirs qui se dresseront. C’est cela la démocratie: un rapport de force entre une majorité et des minorités.

Cette présidence offre à tous ceux qui la contestent ou la redoutent, à tous les indignés, l’opportunité de se lever, de se dresser, d’argumenter, de défendre d’autres points de vue, de proposer d’autres solutions. La présidence Trump est peut-être inquiétante, elle sera passionnante.

Un homme, fut-il président des Etats-Unis, ne change pas l’histoire à lui tout seul. On l’a bien vu avec Barack Obama.

Naturalisations facilitées et RIE III, l’UDC est incohérente

J’essaie de suivre les arguments de l’UDC contre la procédure de naturalisation facilitée pour la troisième génération d’étrangers présents en Suisse.

Je m’y perds: ce parti trouve qu’il y a trop d’étrangers, mais  aussi trop de naturalisations (ordinaires et facilitées selon les procédures actuelles). Il ne veut pas que ceux qui sont là depuis longtemps et ont démontré leur intégration deviennent suisses. Où est la cohérence?

L’UDC se bat pour le maintien de l’identité suisse. Une grande partie de notre identité, disons de notre conscience helvétique, se forge à l’école obligatoire. Mais l’UDC ne croit pas que des jeunes qui sont nés chez nous, ont suivi nos écoles, méritent un petit coup de pouce dans leur procédure de naturalisation. Comme si l’obtention du certificat à la fin de l’école obligatoire ne signifiait pas que l’on maîtrise la langue du lieu, une autre langue nationale, l’histoire et la géographie, les us et coutumes de la région,… Là encore, où est la cohérence?

Ce même parti qui pense que la Suisse subit une immigration de masse soutient la RIE III, la troisième réforme de l’imposition des entreprises. Que l’on soit pour ou contre la RIE III, on admet que cette réforme doit maintenir et doper l’attractivité de la place économique suisse (ce qui fait débat et a déclenché le referendum, c’est son impact sur les recettes fiscales des collectivités). Si notre économie reste attrayante et prospère, l’immigration va se poursuivre, de mêmes que ses effets co-latéraux dommageables dénoncés par l’UDC sur le solde migratoire, la préférence indigène,…

L’UDC devrait donc logiquement être contre la RIE III. Mais là, non plus, pas de cohérence.

Chacun est libre de ses positions sur les objets en votation le 12 février prochain. Mais ce que les citoyens sont en droit d’attendre des partis – et encore plus d’un parti gouvernemental qui occupe 2 des 7 sièges du Conseil fédéral – c’est de la cohérence entre ses diverses prises de position. Un parti, c’est une Weltanschauung (une vision du monde), pas une addition de discours désordonnée. L’exercice du pouvoir implique la responsabilité. La responsabilité exige un minimum de cohérence.

 

La naturalisation facilitée pour conquérir de nouveaux citoyens actifs

On reproche aux étrangers de la 3ème ou la 2ème génération leur désintérêt civique: s’ils ne se sont pas déjà naturalisés, c’est que la politique suisse, locale, cantonale ou nationale ne les intéresse pas. J’aimerais rappeler que un Suisse sur deux en moyenne ne vote pas (et je connais peu de partis et d’élus qui s’en émeuvent sérieusement et essayent d’y remédier!).

Il est temps de faire un geste pour dire à la 3ème génération qu’elle doit participer pleinement. Qui paie des impôts doit pouvoir voter. C’est un principe fondamental dans une démocratie digne de ce nom.

Et c’est aussi une belle conquête de la démocratie que d’élargir le cercle des citoyens actifs.

 

Un jour sans migrants: no pizza

Formidable Emma Bonino. Participant au Youth and leaders de SciencesPo Paris, l’ancienne ministre italienne des affaires étrangères  propose de tester « une semaine sans migrants » pour se rendre compte qu’ils ne prennent pas le travail de leurs pays d’accueil, mais accomplissent les jobs dont plus personne ne veut. « Il n’y aura plus de pizza », plaisante-t-elle car ce sont désormais les immigrés égyptiens qui les préparent en Italie.

On avait fait cela avec la grève des femmes en 1991 en Suisse, une journée pour montrer leur importance économique. Et attirer le respect.

Emma Bonnino a tenu un discours formidable sur la nécessité de considérer l’arrivée de migrants à la lumière de nos besoins démographiques.

le lien sur la conférence:

https://livestream.com/sciencespo/events/6871137/videos/146943413

Bobos de tous les pays: unissez-vous

À force de me faire traiter de « bobo et de bien pensante, il m’est venu cette réplique : bien-pensants de tous les pays, unissez-vous ! je sens qu’en cette année 2017 trumpienne, on va avoir du boulot. Nous n’avons ni moins de droits – ni plus – de défendre nos convictions. Et d’amener des faits dans les débats où la réalité est travestie. À l’ère de la post vérité, je crois que nous devons opposer l’honnêteté intellectuelle. Face au mépris de l’expertise, nous devons affirmer son utilité critique. L’appel au peuple, c’est bien beau, mais j’ai plus confiance dans la démocratie, toute la démocratie, notamment celle qui garantit aux minorités le respect, et aux individus des droits fondamentaux, inaliénables.

La bien-pensance vaut mieux que la mal-pensance.

La bienveillance vaut mieux que la malveillance.

Que notre identité puise dans les valeurs judéo-chrétiennes et/ou dans celles de la Renaissance, et/ou celles des Lumières, je ne me souviens pas d’un épisode dans l’histoire de l’humanité durant lequel  le mépris et la détestation des autres auraient fait avancer le monde, l’auraient rendu plus intéressant, plus vivable, plus sûr.

Pourquoi ne se sont-ils pas déjà naturalisés?

Dans la campagne sur la naturalisation facilitée de la troisième génération, beaucoup objectent que les étrangers présents depuis plusieurs décennies ont déjà la possibilité de se naturaliser, et que s’ils ne l’ont pas fait, c’est que grosso modo ils ne se sentent pas très suisses, ou alors n’aiment pas vraiment notre pays.

Il vaut la peine de se pencher sur cet argument. Prenons l’exemple des Italiens, le groupe le plus concerné par la votation du 12 février.

La première génération d’immigrés,  ceux qui sont arrivés dans les années 1950 et 1960, s’est pris les initiatives Schwarzenbach dans les dents. Même si aucune n’a été acceptée par le peuple, cela a refroidi les ardeurs. Les débats virulents de l’époque avaient révélé une sombre hostilité à la présence des « ritals ».

Dans les familles, le choix de s’établir définitivement en Suisse n’était pas sûr (fluctuant au gré des conditions sévères de l’époque pour obtenir le permis d’établissement), le rêve de retourner au pays tenace. La première génération a donc souvent légué à la deuxième la responsabilité de trancher: rester en Suisse ou tornare in Italia. Eternel dilemme des immigrants. A l’époque la double nationalité n’était pas autorisée.

Beaucoup de secundo ont demandé le passeport rouge à croix blanche, mais pas tous. Nombre de naturalisations se sont réalisées aussi par mariage avec un Suisse ou une Suissesse. Mais il y a eu aussi énormément d’unions entre étrangers – un mariage sur trois.

Et finalement, 50 ans après le choix des grands-parents, on se retrouve avec une troisième génération sans passeport suisse, bien que née et éduquée ici. Des petits étrangers malgré eux, qui subissent les non choix ou les hésitations de leurs ascendants.

Le nombre de naissances d’étrangers en Suisse est considérable. Sur 86559 naissances recensées en 2015,  25215 bébés étaient étrangers dès leur premier cri.

L’initiative, lancée par Ada Marra et qui introduit un droit du sol sous condition, est donc une réponse pragmatique à cette absurdité statistique qui consiste à compter comme migrants étrangers des bébés nés chez nous. La procédure facilitée se veut un encouragement. Ni plus, ni moins.

L’époque est à la rigidité identitaire. Compte tenu de notre histoire migratoire (qui se confond avec celle de nos besoins économiques – donc de notre prospérité), nous Suisses devons admettre qu’une partie non négligeable de la population a des racines ici et ailleurs, et que cela n’est pas une tare, mais une richesse.

Il n’est pas facile pour un immigré de décider de se naturaliser. Les histoires familiales sont complexes, la peur de donner le sentiment de renier les parents ou les grands-parents est réelle, et peut parfois paralyser des gens parfaitement intégrés en Suisse. On se la joue « je suis rital et je le reste » (comme disait la chanson) par fidélité, nostalgie, même si la vie et l’avenir sont en Suisse.  Ces sentiments sont respectables, ils sont du même ordre que ceux qu’éprouvent un Valaisan établi à Genève par rapport à sa vallée d’origine, ou ceux d’un Vaudois domicilié à Zurich quand il pense à son canton d’origine.

J’ajoute un dernier point: voter oui le 12 février, c’est un signe d’amitié à nos camarades d’école, qui ont grandi avec nous, ou aux copains de nos enfants, bref la reconnaissance de la Suisse telle qu’elle est.

 

 

Populisme, simplisme, simplets

Très piquante formule d’Erik Orsenna en conversation avec Eric Fottorino dans Le 1 hebdo à propos de la démondialisation comme déni de réalité, paresse, refus de la complexité: « … Les politiques veulent simplifier car on vote pour le simple. Ne parlons pas de populisme mais de simplisme. Bientôt il n’y aura plus que des simplets au pouvoir. »

Je sens que l’on va souvent y penser à partir du 20 janvier. En attendant, la lecture de ce numéro consacré à la fin du monde mondialisé est particulièrement roborative. L’interview du diplomate géographe Michel Foucher « Un monde démondialisé, c’est un monde en guerre » est brillante.

http://le1hebdo.fr/

Primaire socialiste vaudoise: de l’art délicat de distinguer les mérites

On ne dira jamais assez à quel point l’exercice de la primaire est délicat pour un parti. Distinguer les mérites des candidats à l’investiture implique inévitablement d’avoir l’air de dénigrer l’un lorsque l’on met en avant les qualités de l’autre.

Aux Etats-Unis, le déroulement de la primaire démocrate a nourri le fiasco final.

En France, l’actuelle primaire de gauche relève de l’inspection d’un champ de bataille après les combats pour tenter de sauver quelques survivants vaillants.

Dans le canton de Vaud, la primaire socialiste s’avère un exercice hautement délicat, après la pénible éviction d’Anne-Catherine Lyon. La « campagne » se joue à huis clos, dans l’intimité du parti. L’égalité de traitement qu’exige ce type de consultation ne peut toutefois masquer indéfiniment l’inégalité des talents.

Dans l’exercice de comparaison des trois candidates, trois éléments me semblent ne pas avoir été assez mis en avant:

  • il appartient au parti socialiste vaudois de choisir une personnalité qui a de bonnes chances de devenir conseillère d’Etat. Cela plaide pour celle qui a le plus d’expérience de la politique et de la complexité des dossiers. Avantage Cesla Amarelle.
  • les études historiques montrent que, dans les exécutifs, les élus ayant une formation en droit sont sur-représentés. Ce n’est pas un hasard. Le job consiste à écrire des lois, les mettre en oeuvre, surveiller leur bonne application,… Des compétences techniques en la matière sont un plus, même si le Conseil d’Etat peut s’appuyer sur l’expertise de ses services juridiques. Actuellement, le gouvernement vaudois peut compter sur l’oeil avisé de quatre juristes de formation: Anne-Catherine Lyon, Jacqueline de Quattro, Béatrice Métraux et Philippe Leuba. Avec le départ d’Anne-Catherine Lyon, les socialistes perdent leur caution juridique propre. Là encore l’avantage est pour Cesla Amarelle, professeur de droit et membre influente de la Commission des institutions politiques du Conseil national.
  • un des tabous de la politique cantonale est le poids pris par les activités intercantonales et la concertation avec l’échelon fédéral. On aime à penser dans les cantons que nos conseillers d’Etat sont de petits rois souverains investis d’un fort pouvoir de proximité. Tout n’est pas faux dans cette vision fédéraliste idyllique, mais selon les secteurs ou les thèmes, le travail commun avec les chefs de départements des autres cantons absorbe de plus en plus d’énergies. Sous cet angle, un candidat rompu aux subtilités et aux manoeuvres de la politique fédérale est un gage d’efficacité. Là encore, l’avantage est pour Cesla Amarelle qui dispose d’un réseau de contacts plus étoffé que les deux autres candidates de la primaire, Fabienne Freymond Cantone et Roxane Meyer Keller.

Une dernière remarque: depuis 2002, après une décennie de crises politique, institutionnelle et financière, les Vaudois ont vu émerger un gouvernement solide, compétent, cohérent, que les autres cantons lui envient désormais. Ce « miracle », qui a survécu à une législature durant laquelle les majorités au Conseil d’Etat et au Grand Conseil étaient antagonistes, tient aux caractères bien trempés de toutes les personnalités qui composent le gouvernement, même si les femmes qui y siègent actuellement (en majorité) sont moins « Alphatier » que le tandem Broulis-Maillard.

Le caractère fort de Cesla Amarelle est bien connu des socialistes, puisqu’elle a présidé le parti cantonal.  L’Yverdonnoise n’aurait aucun problème à s’insérer dans une équipe aguerrie. Pour continuer de bien fonctionner, le collège gouvernemental a besoin d’une nouvelle collègue qui n’a pas l’habitude de se laisser intimider.  Pour maintenir son influence sur le dit collège, le parti socialiste vaudois a besoin d’une élue dont le profil et les compétences ne relèvent pas d’un gentil pari entre camarades.

2017 et les prophéties auto-réalisatrices

Je viens de lire un article qui fait allusion aux prophéties auto-réalisatrices. Il s’entrechoque dans ma tête avec tous ceux qui commentent l’état du monde et/ou de l’Europe sur le mode catastrophiste. 2017 année cataclysmique de tous les dangers?

Y-a-t-il encore des optimistes, sont-ils forcément des imbéciles heureux? Je n’aime pas cette époque qui se complaît dans le noir et l’angoisse.

Il n’y a aucun problème (du populisme au climat, en passant par les guerres) dont nous ne connaissions la solution, seul manque le courage d’agir, de regarder la réalité en face, de s’entendre, de faire des concessions.