ASIN et UDC: que d’hésitations!

Depuis le temps qu’ASIN et UDC évoquent une nouvelle initiative contre la libre-circulation des personnes, il est cocasse de voir qu’ils n’ont toujours pas tranché entre 3 variantes.

Cette valse hésitation n’est pas digne de leur inflexible « détermination » à agir dans ce qu’ils croient être l’intérêt des Suisses !

Cela conforte l’idée qu’il s’agit plus de gesticulations sur un thème perçu comme porteur au près de l’opinion pour occuper le terrain médiatique que de la recherche de vraies solutions!

Au surplus, ASIN et UDC prétendent à nouveau qu’en cas de vote favorable à leur proposition, « Il n’y aura qu’à aller négocier avec Bruxelles ». L’honnêteté intellectuelle voudrait que ces Messieurs reconnaissent que pour « négocier », il faut que l’autre partenaire soit d’accord. L’expérience du 9 février n’aurait-elle servi à rien?

Naturalisations facilitées et RIE III, l’UDC est incohérente

J’essaie de suivre les arguments de l’UDC contre la procédure de naturalisation facilitée pour la troisième génération d’étrangers présents en Suisse.

Je m’y perds: ce parti trouve qu’il y a trop d’étrangers, mais  aussi trop de naturalisations (ordinaires et facilitées selon les procédures actuelles). Il ne veut pas que ceux qui sont là depuis longtemps et ont démontré leur intégration deviennent suisses. Où est la cohérence?

L’UDC se bat pour le maintien de l’identité suisse. Une grande partie de notre identité, disons de notre conscience helvétique, se forge à l’école obligatoire. Mais l’UDC ne croit pas que des jeunes qui sont nés chez nous, ont suivi nos écoles, méritent un petit coup de pouce dans leur procédure de naturalisation. Comme si l’obtention du certificat à la fin de l’école obligatoire ne signifiait pas que l’on maîtrise la langue du lieu, une autre langue nationale, l’histoire et la géographie, les us et coutumes de la région,… Là encore, où est la cohérence?

Ce même parti qui pense que la Suisse subit une immigration de masse soutient la RIE III, la troisième réforme de l’imposition des entreprises. Que l’on soit pour ou contre la RIE III, on admet que cette réforme doit maintenir et doper l’attractivité de la place économique suisse (ce qui fait débat et a déclenché le referendum, c’est son impact sur les recettes fiscales des collectivités). Si notre économie reste attrayante et prospère, l’immigration va se poursuivre, de mêmes que ses effets co-latéraux dommageables dénoncés par l’UDC sur le solde migratoire, la préférence indigène,…

L’UDC devrait donc logiquement être contre la RIE III. Mais là, non plus, pas de cohérence.

Chacun est libre de ses positions sur les objets en votation le 12 février prochain. Mais ce que les citoyens sont en droit d’attendre des partis – et encore plus d’un parti gouvernemental qui occupe 2 des 7 sièges du Conseil fédéral – c’est de la cohérence entre ses diverses prises de position. Un parti, c’est une Weltanschauung (une vision du monde), pas une addition de discours désordonnée. L’exercice du pouvoir implique la responsabilité. La responsabilité exige un minimum de cohérence.

 

La naturalisation facilitée pour conquérir de nouveaux citoyens actifs

On reproche aux étrangers de la 3ème ou la 2ème génération leur désintérêt civique: s’ils ne se sont pas déjà naturalisés, c’est que la politique suisse, locale, cantonale ou nationale ne les intéresse pas. J’aimerais rappeler que un Suisse sur deux en moyenne ne vote pas (et je connais peu de partis et d’élus qui s’en émeuvent sérieusement et essayent d’y remédier!).

Il est temps de faire un geste pour dire à la 3ème génération qu’elle doit participer pleinement. Qui paie des impôts doit pouvoir voter. C’est un principe fondamental dans une démocratie digne de ce nom.

Et c’est aussi une belle conquête de la démocratie que d’élargir le cercle des citoyens actifs.

 

Pourquoi ne se sont-ils pas déjà naturalisés?

Dans la campagne sur la naturalisation facilitée de la troisième génération, beaucoup objectent que les étrangers présents depuis plusieurs décennies ont déjà la possibilité de se naturaliser, et que s’ils ne l’ont pas fait, c’est que grosso modo ils ne se sentent pas très suisses, ou alors n’aiment pas vraiment notre pays.

Il vaut la peine de se pencher sur cet argument. Prenons l’exemple des Italiens, le groupe le plus concerné par la votation du 12 février.

La première génération d’immigrés,  ceux qui sont arrivés dans les années 1950 et 1960, s’est pris les initiatives Schwarzenbach dans les dents. Même si aucune n’a été acceptée par le peuple, cela a refroidi les ardeurs. Les débats virulents de l’époque avaient révélé une sombre hostilité à la présence des « ritals ».

Dans les familles, le choix de s’établir définitivement en Suisse n’était pas sûr (fluctuant au gré des conditions sévères de l’époque pour obtenir le permis d’établissement), le rêve de retourner au pays tenace. La première génération a donc souvent légué à la deuxième la responsabilité de trancher: rester en Suisse ou tornare in Italia. Eternel dilemme des immigrants. A l’époque la double nationalité n’était pas autorisée.

Beaucoup de secundo ont demandé le passeport rouge à croix blanche, mais pas tous. Nombre de naturalisations se sont réalisées aussi par mariage avec un Suisse ou une Suissesse. Mais il y a eu aussi énormément d’unions entre étrangers – un mariage sur trois.

Et finalement, 50 ans après le choix des grands-parents, on se retrouve avec une troisième génération sans passeport suisse, bien que née et éduquée ici. Des petits étrangers malgré eux, qui subissent les non choix ou les hésitations de leurs ascendants.

Le nombre de naissances d’étrangers en Suisse est considérable. Sur 86559 naissances recensées en 2015,  25215 bébés étaient étrangers dès leur premier cri.

L’initiative, lancée par Ada Marra et qui introduit un droit du sol sous condition, est donc une réponse pragmatique à cette absurdité statistique qui consiste à compter comme migrants étrangers des bébés nés chez nous. La procédure facilitée se veut un encouragement. Ni plus, ni moins.

L’époque est à la rigidité identitaire. Compte tenu de notre histoire migratoire (qui se confond avec celle de nos besoins économiques – donc de notre prospérité), nous Suisses devons admettre qu’une partie non négligeable de la population a des racines ici et ailleurs, et que cela n’est pas une tare, mais une richesse.

Il n’est pas facile pour un immigré de décider de se naturaliser. Les histoires familiales sont complexes, la peur de donner le sentiment de renier les parents ou les grands-parents est réelle, et peut parfois paralyser des gens parfaitement intégrés en Suisse. On se la joue « je suis rital et je le reste » (comme disait la chanson) par fidélité, nostalgie, même si la vie et l’avenir sont en Suisse.  Ces sentiments sont respectables, ils sont du même ordre que ceux qu’éprouvent un Valaisan établi à Genève par rapport à sa vallée d’origine, ou ceux d’un Vaudois domicilié à Zurich quand il pense à son canton d’origine.

J’ajoute un dernier point: voter oui le 12 février, c’est un signe d’amitié à nos camarades d’école, qui ont grandi avec nous, ou aux copains de nos enfants, bref la reconnaissance de la Suisse telle qu’elle est.

 

 

Ce que la Suisse doit à la migration

L’hiver dernier, j’ai été sollicitée pour donner une conférence sur la migration. J’en publie ci-dessous le contenu. Le titre pourrait en être « pour une autre histoire de la Suisse », ou « l’histoire de la Suisse est celle d’une immigration réussie ». J’ai finalement choisi « Ce que la Suisse doit à la migration », qui comprend notre passé d’émigrés et le présent des immigrés. 

Je publie ce texte pour le 1er août, ma manière à moi de célébrer la fête nationale et de plaider pour une idée qui m’est chère: il existe un musée des Suisses de l’étranger, qui retrace l’histoire des Suisses migrants, j’aimerais qu’on le prolonge avec l’histoire de ceux qui sont venus chez nous, les vagues successives d’immigrés qui nous ont enrichit aux XX et XXI ème siècles.

Nous, les Suisses, étions des émigrés, nous sommes devenus une terre d’immigration. C’est une histoire formidable dont nous devons être fiers. 

Le sujet de la migration est un thème délicat. Les attentats à Paris en début d’année nous ont montré à quel point et avec un haut degré d’horreur que la cohabitation entre les cultures ne va pas de soi.

Ces chocs culturels, sociaux, politiques et économiques, ces chocs majeurs qui ébranlent nos sociétés et nos démocraties, dans leurs fondements et dans leur fonctionnement, ont pour origine les phénomènes migratoires. La colonisation qui a marié par dessus la Méditerranée les destins des peuples français et maghrébins était aussi un phénomène migratoire.

C’est une des thèses, ou hypothèses que je souhaite développer devant vous : on ne peut se faire une juste idée des migrations actuelles sans plonger dans l’histoire.

Je ne vous parlerai pas de la France, mais bien de la Suisse, qui est une terre d’immigration qui s’ignore ou ne s’assume pas.

On a l’habitude de considérer l’histoire de la Suisse comme celle d’un petit noyau de cantons farouchement indépendants et qui, à la fin du XIII ème siècle, prennent leur distance par rapport au pouvoir impérial, celui du Saint-Empire romain-germanique. La suite ne serait d’ailleurs qu’une méfiance grandissante envers les puissances, très vite assortie de neutralité : ne vous mêlez pas de nos affaires, nous ne nous mêlons pas des vôtres.

Telle serait la singulière trajectoire de la Confédération de 1291 à nos jours.

Tout cela n’est pas entièrement faux, mais tout cela est loin d’être vrai.

D’abord les mythes du Pacte des trois Suisses en 1291 et de la neutralité sont des constructions du XIXème siècle, élaborées pour asseoir la légitimité de la Suisse moderne fondée en 1848, tant sur le plan interne, qu’externe.

Surtout, j’aimerais revenir sur ce qui se trame au Gothard, au cœur des Alpes dès le Moyen-Age, et vous en donner une autre lecture.

Entre l’Allemagne et l’Italie, entre le Nord et le Sud du Continent, le Gothard est au Moyen-Age un des meilleurs points de passages pour le commerce, surtout un des plus rapides, pratiquement en ligne droite. C’est d’ailleurs toujours le cas.

Les Confédérés qui décident de prendre leur distance par rapport au pouvoir impérial sont donc des personnes qui vivent de ce commerce, des taxes qu’ils prélèvent, des services qu’ils louent aux marchands. Leur volonté d’indépendance est peut-être moins politique qu’économique : gardez les richesses là où elles sont captées.

Notez que l’émancipation par rapport au pouvoir impérial n’est pas qu’une lubie de montagnards, dans la péninsule italienne, nombre de villes souhaitent elles aussi jouir de libertés communales, et s’affranchir de la férule de leurs seigneurs. Le mouvement des Suisses n’est pas si singulier que cela.

La Confédération naît donc sur un axe commercial, et va s’attacher à grandir dans cette logique : d’abord Lucerne à l’autre bout du lac, puis Zurich, autre pôle économique, puis les régions adjacentes, par cercles concentriques jusqu’à prendre en 1815 ses contours actuels.

La Suisse croît, de quoi vit-elle ? La Suisse est pauvre, malgré ses négociants et les embryons d’activités industrielles, elle vit des produits de son agriculture et exporte massivement sa main d’œuvre : dès Marignan 1515, les Suisses renoncent à faire la guerre, mais ils loueront leurs services de mercenaires.

Il faut relire l’histoire de nos cantons, mais aussi la littérature. Pour ceux qui ne possèdent ni terres, ni commerces, la seule issue c’est d’aller travailler ailleurs comme soldats, mais aussi comme domestiques. Dans le langage courant à Paris dès le XVII ème siècle, mais on le lit aussi chez Balzac, un Suisse est un portier, un gardien d’immeuble.

L’industrie notamment horlogère mais aussi textiles se développera avec l’arrivée des réfugiés huguenots après la Révocation de l’Edit de Nantes.

Cet épisode, comme d’autres, illustre la profonde imbrication de la Suisse dans l’histoire de France. La petite Confédération est une zone tampon entre le Royaume et l’empire des Habsbourg. L’ambassadeur de France au près des Confédérés règle les capitulations, les contingents de mercenaires, mais joue aussi les arbitres entre les cantons.

L’influence française est en Suisse au XVIII ème siècle comme en Europe considérable. Les idées révolutionnaires seront amenées chez nous par des soldats de retour au pays, même si d’autres troupes se feront massacrer aux Tuileries par loyauté envers Louis XVI.

Mais revenons à l’immigration. A l’évidence, la Suisse a été longtemps une terre d’émigrés. Au XIX ème siècle, beaucoup sont partis en Amérique du Nord, en Amérique du Sud. Pas de colonisation, mais un exode de nos campagnes.

Le mouvement s’inverse au tournant du XXème siècle. La Suisse fondée par les radicaux en 1848 devient libérale et prospère, elle s’équipe, procède à de grands travaux, notamment pour améliorer la traversée des Alpes, Gothard, Simplon,… de la main d’œuvre étrangère est requise.

A l’aube de la première guerre mondiale, la Suisse compte 15% d’étrangers. Ce qui est considérable pour l’époque. A noter qu’à cette époque, le travail de frontaliers est déjà courant dans la région de Genève.

Comme on le sait, la grande guerre marque une forte rupture dans l’histoire : finie la Belle époque, l’insouciance, le passage des frontières sans passeport.

La Suisse sort de la première guerre mondiale certes moins traumatisée que les pays qui ont connu des combats, mais elle ne comprend pas elle-même très bien comment elle a pu y échapper. Elle s’est divisée entre francophiles et germanophiles. S’est révélé un fossé entre Alémaniques et Romands, une ligne de partage émotionnelle dans la relation au monde et aux pays voisins qui va durablement influencer son destin.

Les Romands sont du côté des vainqueurs, les Alémaniques, qui avaient cru à la suprématie de Guilaume II, du côté des perdants. Grâce au président Wilson, et à l’action humanitaire de Gustave Ador avec le CICR, Genève est choisie pour accueillir le siège de la Société des Nations.

Protestantisme, empreinte des huguenots, création et développement du CICR et SDN constituent trois marqueurs de l’identité romande caractérisée par son ouverture au monde et aux étrangers.

C’est dans l’entre deux guerres, alors que l’on craint aussi les retombées de la Révolution bolchévique, qu’apparaît en Suisse alémanique un mot intraduisible : l’ Überfremdung, la surpopulation étrangère. On se dote d’une loi sur les étrangers restrictive.

L’immigration ne recommence à croître qu’à partir des années cinquante pour s’envoler et atteindre aujourd’hui 23,8%. Toutes les initiatives prises pour limiter la main d’œuvre étrangère ont échoué. La seule mesure qui fasse régresser la part des étrangers dans la population s’appelle crise économique. La croissance ou la récession, c’est le seul vrai régulateur de l’immigration. On n’accourt pas dans un pays pauvre.

Le sentiment que la Suisse est envahie prévaut depuis plus de 40 ans. On a calculé que dans les années 1960, 1 million d’Italiens sont venus.

Même si les initiatives Schwarzenbach pour stopper l’Überfremdung ont échoué, elles ont crée un climat d’hostilité aux immigrés qui a empêché la Suisse de réfléchir sereinement à sa politique de naturalisation.

J’aimerais que l’on procède en Suisse à une vaste analyse de l’ADN de la population, on verrait que la plupart des Suisses ont des origines françaises, allemandes, italiennes, et que les Helvètes qui n’auraient que des gênes des Waldstaetten sont une minorité.

En matière de naturalisation, nous vivons une absurdité totale : nous ne donnons pas la nationalité suisse à des enfants d’immigrés de la troisième génération, nés ici, dont donc les grand-parents ont immigré, par contre nous la reconnaissons à des descendants de compatriotes établis en France, en Amérique, trois quatre ou cinq générations après.

J’ai assisté au Congrès des Suisses de l’étranger à une discussion sur l’opportunité d’accepter comme langue d’échange l’anglais. Mesure refusée. De jeunes Suisso-Américains ont le passeport suisse, de jeunes Italiens, Espagnols, Portugais nés en Suisse, qui parlent parfois mal leur langue maternelle, ne connaissent leurs pays d’origine que pendant les vacances, n’ont pas le passeport rouge à croix blanche.

La Suisse qui s’effraie de son taux d’étrangers, officiellement élevé en comparaison internationale, se crée des étrangers, alimente un problème qu’elle pourrait facilement résoudre. 360 000 « étrangers » sont nés en Suisse.

Je suis récemment allée voir les chiffres. Un demi-million de nos «étrangers» résident chez nous depuis plus de quinze ans, alors que l’on s’est écharpé au Parlement pour savoir s’il fallait 10 ou 12 ans de résidence pour déposer une requête de naturalisation. Pas loin de 200 000 sont là depuis plus de trente ans.

Si l’on décidait de donner le droit du sol et un passeport rouge à des gens qui sont là depuis trois décennies, on couperait en deux le nombre d’étrangers. On reviendrait à 10 à 12% d’immigrés un taux socialement et culturellement plus supportable.

La Suisse au cœur de l’Europe est une nation de trois cultures, même quatre dit-on avec le romanche, elle peine à reconnaître qu’elle l’est aussi démographiquement.

Ce refus de se voir fruit de l’immigration, ce sentiment d’être envahie, nourrit également à mon sens sa méfiance envers la construction européenne, et ses difficultés à s’adapter à la nouvelle donne internationale, post chute du Mur de Berlin.

La Suisse se raconte des histoires à elle-même, celle d’un petit pays replié sur lui-même pour son bien, alors que toute sa richesse, hormis l’or bleu de ses barrages, vient de ses échanges avec les pays étrangers, et de ses exportations.

Notre économie, nos instituts académiques et de recherche sont de longue date dépendants des étrangers. Antonio Loprieno est un égyptologue italien à la tête de la Conférence des recteurs des universités suisses. La Britannique Sarah Springmann est rectrice de l’EPFZ.

Nous devrions d’autant plus être sereins par rapport à nos étrangers que l’intégration s’est plutôt bien faite chez nous : par le travail, les syndicats, les clubs sportifs, l’école… et les histoires d’amour. Seul 1 mariage sur 3 implique 2 Suisses, le second se fait entre 1 étranger et 1 Confédéré, le troisième entre deux étrangers.

Maintes analyses de votation l’ont démontré : plus il y a d’étrangers dans un canton, plus les citoyens de celui-ci votent en faveur des étrangers, de la libre-circulation des personnes, des accords avec l’Union européenne,…

Les votes anti-étrangers sont le fait de régions où il n’y a pas ou très peu. Ils ressortent donc du fantasme, de la peur identitaire.

La question de l’immigration en Suisse est aussi impactée par le débat sur les réfugiés. Là aussi, notre pays, jadis généreux dans son accueil, les huguenots au XVII ème siècle, les Républicains et les Révolutionnaires aux XIXème, les Hongrois, les Tchécoslovaques, les Vietnamiens au XXème, est devenu paranoïaque.

La problématique est européenne, régie par les accords de Dublin. Là aussi, l’aggiornamento ne s’est pas fait, là aussi, nous devrions faire confiance à notre expérience et à notre histoire. Il ne faut pas redouter d’accueillir des réfugiés qui à titre humanitaire méritent au moins une protection temporaire. Il ne faut plus à mon sens considérer le statut de réfugié comme un droit à vie. Même Soljenitsyne, prototype du réfugié politique, a fini par rentrer chez lui, dans son pays d’origine.

Il faut en revanche leur demander de travailler, de contribuer au bien être de la société qui les accueille, afin de financer les frais d’entretien, mais aussi économiser de l’argent leur permettant de rentrer chez eux lorsque la paix y sera rétablie.

Les Suisses qui se sentent assiégés, pris d’assaut par les étrangers, méconnaissent une réalité humaine, profonde : la plupart de ceux qui migrent ne le font pas de gaiété de cœur, c’est souvent la nécessité économique, l’ambition d’offrir à leur famille un meilleur avenir qui les poussent. Ils cultivent donc au fond d’eux-mêmes le rêve de pouvoir rentrer un jour chez eux.

Et nombreux sont ceux qui l’ont fait, ajoutant dans leurs parcours de vie au déchirement avec leurs propres parents, un nouveau déchirement avec leurs propres enfants. Le XXI ème siècle nous offre heureusement des moyens de communications, terrestres, aériens et virtuels, qui relativisent les épreuves de la séparation.

Seule devrait compter la volonté de vivre ensemble et de contribuer par son travail, sa créativité, son humanité, à la société dans laquelle nous avons choisi de vivre.

Il est regrettable est paradoxal que nous pensions que notre pays et le paradis sur terre et que nous ayons autant de peine à accepter que tant de gens aient envie de venir y vivre. Tant que le critère d’admission est le travail, il n’y a dans ces conditions pas à craindre d’être envahis. Ayons confiance dans notre histoire.

Texte paru le 24 juillet 2015

La Suisse est un des premiers pays d’immigration au monde

Les chiffres de l’Office fédéral de la statistique font sensation, et plaident pour une politique de naturalisation plus vigoureuse.
Un an après le vote du 9 février «contre l’immigration de masse», les chiffres publiés la semaine dernière par l’Office fédéral de la statistique (OFS) détonnent: un tiers de la population est issu de la migration, soit 2,4 millions de personnes âgées de plus de 15 ans sur 6,8 millions. Quatre cinquièmes sont nés à l’étranger, un cinquième est né en Suisse mais descend de parents nés ailleurs, un bon tiers est Suisse. En une décennie, la proportion est passée de 29 à 35%.

Avec 61,2% de sa population (de plus de 15 ans) issue de la migration, Genève se distingue comme le canton le plus melting-pot, suivi par Bâle-Ville (51%). Le Tessin (47,7%), Vaud (45,6%), Zurich (40%), Neuchâtel (39,1%) se situent au-dessus de la moyenne nationale.

Sur son blog, le professeur Etienne Piguet observe: «Ce chiffre de 2,4 millions est considérable. Il fait de la Suisse – bien qu’elle ait longtemps voulu l’ignorer et le nie peut-être encore – un grand pays d’immigration à l’image du Canada ou de l’Australie, loin devant tous les autres pays européens et les USA.»

Il le démontre au moyen d’un graphique, dont les données calculées par l’ONU sur des critères différents de ceux de l’OFS permettent la comparaison. Si l’on exclut les petits pays de moins d’un million d’habitants comme le Luxembourg et Monaco, les monarchies pétrolières du Golfe peu peuplées (et qui recourent massivement à l’importation de main-d’œuvre) et la Jordanie qui accueille un flot de réfugiés syriens, la Suisse apparaît avec Singapour et Hong Kong comme un des premiers pays d’immigration au monde. Le professeur Piguet y voit la marque de «petites économies très dynamiques et très prospères (!) jouant à plein la carte de la globalisation (!)».

De fait, c’est lors de la première globalisation, celle d’avant 1914, que la Suisse, jusque-là terre d’émigration, est devenue un pays d’immigration. L’Etat, fondé par les radicaux en 1848, devient libéral et prospère, il s’équipe, procède à de grands travaux qui requièrent de la main-d’œuvre étrangère (15% à l’aube de la Première Guerre mondiale).

LA TÉNACITÉ D’ADA MARRA

L’immigration recule ensuite jusque dans les années 50 où elle reprend son ascension vers les actuels sommets. Mais la Suisse peine à s’avouer son extraordinaire dépendance aux talents venus d’outrefrontières. Si elle a certes refusé les propositions de coup de frein des initiatives Schwarzenbach dans les années 70, elle s’est montrée plus que réticente à mener une politique de naturalisation vigoureuse. Les propositions pour introduire le droit du sol ou des procédures facilitées pour les deuxièmes et troisièmes générations se sont heurtées à de puissantes oppositions.

Ada Marra, conseillère nationale socialiste, élue au Parlement en 2007, fille d’immigrés italiens, née à Paudex (VD), ne s’est pourtant pas laissé décourager. Le Conseil fédéral s’est rallié la semaine dernière à sa proposition de naturalisation facilitée pour les petitsenfants d’immigrés. Pas d’automatisme, mais les parents devront déposer une demande pour un bébé né en Suisse, à condition qu’au moins l’un d’eux y soit né ou y ait immigré avant l’âge de 12 ans, et qu’au moins l’un des grands-parents ait été titulaire d’un droit de séjour.

Combien des 360 000 étrangers nés chez nous seraient potentiellement concernés? De premières estimations chiffrent de 5000 à 6000 petits-enfants par an les potentiels bénéficiaires. Cent mille autres «anciens» pourraient invoquer cette disposition.

Cette légère prise en compte de la réalité migratoire de la Suisse nécessitant un changement dans la Constitution, peuple et cantons devront voter. Ce sera l’occasion de mesurer si les Confédérés acceptent de se voir tels qu’ils sont: le fruit d’un profond brassage de population, des «sangs-mêlés» comme le note le professeur Piguet.

* Article paru dans L’Hebdo du 29 janvier 2015 

Ada Marra et les petits-enfants

Dans leur majorité, les Suisses se plaignent d’être envahis et trouvent qu’il y a trop d’étrangers en Suisse. Les statistiques indiquent que bientôt 25 % de la population sera composée de non-Suisses. Un sur quatre, c’est vrai que cela semble énorme. *

Sauf que la Suisse se fabrique elle-même des étrangers. Sur les quelque 2 millions que compte le pays, 360 000 sont nés chez nous. Cela aussi est énorme. Si nous connaissions le droit du sol, comme c’est le cas en France par exemple, ces gens nés et élevés entre Romanshorn, Genève et Chiasso seraient de bons petits Suisses.

Les tentatives de faciliter la naturalisation des enfants d’immigrés de la deuxième ou de la troisième génération ont toutes échoué devant le peuple. Comme si le passeport rouge à croix blanche tenait plus du droit divin que de la réalité de l’intégration.

Ada Marra est une conseillère nationale socialiste, élue au Parlement en 2007. Cette Vaudoise est aussi fille d’immigrés italiens, née à Paudeux, à proximité de Lausanne. En matière d’intégration et de défense des migrants, elle sait de quoi elle parle, et surtout, elle s’engage sans relâche.

Bien que la naturalisation facilitée soit un sujet politiquement risqué, elle a avancé maintes propositions. La dernière en date a déjà reçu l’aval des Commissions des institutions politiques. Cette semaine, le Conseil fédéral a également décidé de la soutenir.

Il s’agit de faciliter la naturalisation des enfants de la troisième génération. Toujours pas d’automatisme – inutile de braquer l’UDC plus qu’elle ne l’est déjà sur ce sujet. Les parents devront déposer une demande pour l’enfant né en Suisse, à condition qu’au moins l’un d’eux soit né en Suisse ou y ait immigré avant l’âge de 12 ans, et que au moins l’un des grands -parents ait été titulaire d’un droit de séjour.

Combien des 360 000 étrangers nés chez nous seraient potentiellement concernés? De premières estimations chiffrent à 5 à 6000 petits-enfants par an les potentiels bénéficiaires. 100 000 autres « anciens » pourraient évoquer cette disposition.

La mesure aura un effet dans les familles arrivées en Suisse dans les années cinquante ou soixante, c’est-à-dire italiennes, espagnoles, portugaises. Autant de communautés, très critiquées et moquées à l’époque des initiatives Schwarzenbach, mais dont on s’accorde désormais à dire qu’elles se sont remarquablement fondues dans la population suisse. Elles passent pour des modèles d’intégration.

Cette proposition nécessitant un changement de la Constitution, nous devrons voter.Espérons que d’ici là, une majorité de citoyens et de cantons se seront convaincus qu’il serait plus raisonnable de cesser de fabriquer des étrangers indigènes par milliers chaque année. Cela rendrait nos discussions sur la migration plus rationnelles et sereines.

Texte de ma chronique parue en italien le dimanche 25 janvier 2015 dans Il Caffè. 

Immigration: coupons la poire en deux

CONSÉQUENCE DE LA VOTATION DU 9 FÉVRIER dernier, l’immigration sera LE thème au cœur de la campagne des élections fédérales. Conformément à l’injonction constitutionnelle, les partis s’écharperont sur les solutions qui permettraient de réduire le solde migratoire sans fracasser l’accord sur la libre circulation des personnes avec l’Union européenne, et par ricochet l’ensemble des accords bilatéraux.

En parallèle, les partis seraient bien inspirés de considérer la problématique migratoire sous un autre angle. La Suisse comptera bientôt deux millions de résidents étrangers: c’est beaucoup pour un pays qui vient de dépasser les huit millions d’habitants. Cette disproportion nourrit de longue date des sentiments xénophobes: comment ne pas se sentir envahi quand, officiellement, plus d’un habitant sur quatre vient d’ailleurs?

Sauf que c’est la Suisse qui joue à se faire peur avec son énorme population étrangère. Elle pourrait facilement calmer ses nerfs – et retrouver sa sérénité sociale – en décortiquant la statistique. Un demi-million de nos «étrangers» résident chez nous depuis plus de quinze ans. Pas loin de 200 000 sont là depuis plus de trente ans. Personne ne sera surpris de savoir que la moitié de ce contingent de «vieux immigrés» est composée d’Italiens, si fustigés naguère par les initiatives Schwarzenbach, mais désormais classés comme des modèles d’intégration réussie.

A ce demi-million d’immigrés installés de longue date il faut ajouter plus de 360 000 étrangers nés en Suisse, qui seraient considérés comme de parfaits indigènes si notre pays connaissait comme tant d’autres le droit du sol. Si l’on décidait de naturaliser ces petits étrangers et les plus vieux, qui dépassent de loin les dix années exigées par la loi, on pourrait pratiquement couper en deux le pourcentage d’«étrangers» de 23,8%, et se retrouver avec un taux dépassant à peine les 10%.

Evidemment, une population où seul un habitant sur dix est – réellement – immigré se sentirait moins sous pression, beaucoup moins «envahie».

Mais les partis, même ceux à qui les diatribes obsessionnellement xénophobes de l’UDC donnent la nausée, peinent à s’emparer du sujet «naturalisation» réputé casse-gueule. Les Suisses n’ont-ils pas refusé dans les urnes en 1994 et 2004 des facilitations de procédure pour les deuxième et troisième générations?

APPELÉ PAR LE VERT GENEVOIS ANTONIO HODGERS (juste avant son départ du Parlement) à étudier les raisons du faible taux de naturalisation actuel (3%), le Conseil fédéral n’a pas non plus jugé utile de se montrer plus offensif.

En l’occurrence, l’option «couper la poire en deux» que nous suggérons ne requiert aucune facilitation pour ce qui concerne les anciens étrangers. Il s’agirait juste de les encourager par un appel solennel à déposer une demande (et peut-être d’ajuster les effectifs administratifs qui traitent environ 30 000 cas par an). Pour les nouveau-nés, un changement de la loi, qui vient d’être révisée, serait nécessaire. Le Parlement doit, en outre, se prononcer sur une proposition de la conseillère nationale Ada Marra (PS/ VD) visant la troisième génération.

Si les partis regimbent, les cantons, agacés par le vote du 9 février qui menace de casser leur dynamisme économique, pourraient aussi passer à l’action, puisque ce sont eux qui concentrent les plus grandes densités d’étrangers.

SI STRESSÉS PAR LA PRÉTENDUE «SURPOPULATION ÉTRANGÈRE», l’Überfremdung comme disent nos Confédérés d’outre-Sarine, les Suisses n’ont pas assez conscience que notre pays est une terre de migration, que toute son histoire est marquée par elle. Jadis, ce sont eux qui partaient louer leurs services comme mercenaires, employés de maison, etc. Puis, au tournant du XXe siècle, la prospérité économique s’installant, ce sont eux qui se sont mis à accueillir des forces de travail supplémentaires, nécessaires à leur bienêtre.

L’Office fédéral des migrations estime à 34,8% la part de la population issue de l’immigration. C’est bien l’indice que la Confédération, loin d’être repliée sur elle-même, est le fruit d’un puissant brassage, favorisé par sa position géographique. Cessons de détester nos origines européennes (ce sont surtout des immigrés d’Italie, de France et d’Allemagne qui ont fait souche chez nous). Encourageons massivement nos «étrangers» à acquérir un passeport rouge, sans rien renier de leur passé. La double nationalité est autorisée depuis 1992 et, bien que régulièrement sommé de revoir sa pratique, le Conseil fédéral n’entend heureusement pas revenir en arrière.

* Chronique parue dans L’Hebdo du 8 janvier 2015

L’identité suisse est xénophile

Je lis tardivement un compte-rendu de l’analyse VOX, détaillant les motivations des votants le 9 février dernier. On y apprend que c’est la peur de l’immigration qui a influencé les citoyens.

Je cite: « Les communes où le oui à l’initiative « Contre l’immigration de masse » a été le plus fort sont celles où la tendance isolationniste en matière de politique extérieure et la méfiance à l’égard des étrangers sont grandes et où le poids de la tradition et de l’identité nationale est le plus fort« . C’est sur ce dernier point que je tique: je refuse que l’on définisse « une identité nationale forte » comme hostile aux étrangers. Je pense au contraire que toute l’histoire suisse est irriguée par les échanges avec l’étranger. C’est vrai économiquement, démographiquement, militairement, humainement. L’identité suisse est profondément xénophile.

Les anciens Confédérés d’avant 1798 se méfiaient si peu des étrangers qu’ils allaient travailler chez eux, comme mercenaires ou employés de maison. Ils se méfiaient si peu des étrangers qu’ils commerçaient aux quatre coins de l’Europe, puis du monde, avec eux. Ils se méfiaient si peu des étrangers, et des réfugiés en particulier, qu’ils en accueillirent tout plein, à la Révocation de l’Edit de Nantes comme au moment de la Révolution.  Ils se méfiaient si peu des étrangers que les plus riches d’entre eux envoyaient leurs fils étudier dans des universités d’autres pays, puisque le nôtre n’en comptait guère de haut rang.

Au XIXème siècle, les Suisses se méfiaient si peu des étrangers, que notre pays constitua un refuge pour tous les Républicains qui après 1848 étaient poursuivis par des régimes réactionnaires. L’essor économique de la Confédération doit beaucoup à des entrepreneurs étrangers (Brown Boveri, Nestlé,…). Et le Gothard n’aurait pas été creusé sans forces travail venues d’ailleurs.

Tout ça pour dire que je crois que cette méfiance des étrangers, qui tétanise certains au point de voter contre un des facteurs majeurs qui a contribué à nos récents succès économiques (la libre-circulation des travailleurs et des cerveaux) est une invention récente, et pas une tendance fondamentale de l’identité suisse. Je crois que c’est un poison instillé par James Scharzenbach et quelques autres, auquel nous n’avons pas trouvé assez d’antidotes, notamment parce que nous méconnaissons notre histoire, et plus particulièrement la genèse de notre actuelle prospérité.

J’aimerais aussi observer que la soi-disant surpopulation étrangère, la fameuse « Überfremdung », doit beaucoup à notre pingrerie en matière de naturalisation. Si nous donnions le passeport rouge à croix-blanche aux enfants nés sur notre sol, où à ceux qui résident chez nous depuis 20 ans, on ne friserait pas les 25% d’étrangers, mais on flirterait vers 10%, peut-être même moins, ce qui ne ferait plus tellement peur.

Pour 2015, je formule donc le voeu suivant: qu’une escouade de parlementaires ose proposer une action de naturalisations de masse à destination de celles et ceux qui remplissent les critères depuis belle lurette. L’initative peut venir de Berne, mais elle est déclinable dans les cantons.

Sous le sapin ou le soir de la Saint-Sylvestre, faites un test. Remontez dans l’ascendance de chacun et considérez sa descendance, comptez ensuite ceux qui sont Suisses depuis 3 générations, sans conjoint ou meilleurs amis d’origine étrangère. Vous verrez, nous sommes très peu…. l’immigration n’est pas une menace pour la Suisse, elle constitue ses racines.