La guerre aux journalistes

La guerre aux journalistes, qui s’est concrétisée par la vague – la mode – des fake news, est une guerre à la contradiction et à la diversité des opinions, qui sont le cœur de la démocratie, et qui sont le socle de nos libertés. C’est inquiétant, même si tous ceux qui utilisent les mots de « journaleux » et de « merdias » n’en sont probablement pas conscients.

Bobos de tous les pays: unissez-vous

À force de me faire traiter de « bobo et de bien pensante, il m’est venu cette réplique : bien-pensants de tous les pays, unissez-vous ! je sens qu’en cette année 2017 trumpienne, on va avoir du boulot. Nous n’avons ni moins de droits – ni plus – de défendre nos convictions. Et d’amener des faits dans les débats où la réalité est travestie. À l’ère de la post vérité, je crois que nous devons opposer l’honnêteté intellectuelle. Face au mépris de l’expertise, nous devons affirmer son utilité critique. L’appel au peuple, c’est bien beau, mais j’ai plus confiance dans la démocratie, toute la démocratie, notamment celle qui garantit aux minorités le respect, et aux individus des droits fondamentaux, inaliénables.

La bien-pensance vaut mieux que la mal-pensance.

La bienveillance vaut mieux que la malveillance.

Que notre identité puise dans les valeurs judéo-chrétiennes et/ou dans celles de la Renaissance, et/ou celles des Lumières, je ne me souviens pas d’un épisode dans l’histoire de l’humanité durant lequel  le mépris et la détestation des autres auraient fait avancer le monde, l’auraient rendu plus intéressant, plus vivable, plus sûr.

Bienvenue sur mon site

Bienvenue sur mon site. Lors de mon départ de la rédaction de  L’Hebdo, j’ai reçu beaucoup de messages de lecteurs me demandant « mais où pourrai-je vous lire désormais? »

J’espère que ce site correspondra à leurs attentes. Je vais y consigner mes réflexions, analyses, idées ou réactions chaque fois que l’actualité  m’inspirera, ou que l’envie de m’exprimer me démangera.  Ceux qui voudront réagir pourront le faire sur ma page facebook ou mon compte twitter.

Je vais aussi regrouper à terme sur ce site mes archives.

En plaisantant avec des collègues, imaginant notre futur dans un monde médiatique en pleine réinvention, nous avons ri du terme de « small talks » qui  résonne avec mon nom de famille. Je publierai ainsi en toute liberté ou toute insolence de quoi réfléchir à l’intention de tous ceux qui aiment s’informer, s’interroger, se forger une opinion. Car susciter la discussion est la mission d’un journaliste,  l’honneur de ma profession. Un devoir citoyen, qui n’est pas près de s’éteindre, quel que soit le support technique utilisé pour assurer la diffusion.