Les conséquences du coup de force tessinois

Depuis que Flavio Cotti a quitté le Conseil fédéral en 1999, les Chambres ont eu en théorie 14 occasions d’élire un Tessinois. Elles ne l’ont pas fait pour toutes sortes de raisons, des tordues ou des honorables.

Fort de cette revendication légitime de tout un canton, voire de tous les italophones, le parti-libéral radical tessinois a imposé la candidature unique d’Ignazio Cassis. Ce faisant, il a méprisé l’aspiration des femmes à une représentation plus paritaire au gouvernement.

Dans un pays fédéraliste, ce coup de force est un drôle de signal envoyé aux autres minorités ou sensibilités: notre revendication est prioritaire, taisez-vous punto, basta, finito !

Pourquoi le 20 septembre prochain, cet impératif devrait-il s’imposer au détriment de tout autre ? Pourquoi l’Assemblée fédérale devrait-elle céder sans réfléchir comme un parent cède à un enfant qui crie trop fort?

En proposant les candidatures d’Ignazio Cassis et de Laura Sadis au groupe PLR, la section tessinoise aurait offert à l’Assemblée un choix et permis à celle-ci de résoudre deux problèmes d’un coup.

Cette piètre compréhension de l’intérêt général national a légitimé les prétentions romandes. Dès lors, l’invocation de la clause régionale pour éliminer les concurrents d’Ignazio Cassis sans considération de leurs compétences relève autant de la faiblesse que de l’arrogance.

Le match pour départager Cassis, Moret et Maudet devrait se faire désormais sur leur profil politique et non plus sur leur origine cantonale. Un coup de force ne reste jamais sans conséquence.

Conseil fédéral: la botte secrète des Tessinois

Piaffant de longue date de retrouver un siège au Conseil fédéral, les Tessinois ne sont pas restés inactifs. En 2011 et 2012, ils ont demandé via des initiatives cantonales à passer de 7 à 9 conseillers fédéraux.

Serpent de mer de la politique fédérale (première votation sur ce sujet en novembre 1900 déjà !), cette proposition est parvenue à retenir l’attention d’une majorité de la Commission des institutions politiques du Conseil national, qui a rédigé une proposition. Comme d’habitude, cette adaptation a été blackboulée en septembre 2016 pat 97 voix contre 88. Bien que la surcharge du Conseil fédéral soit notoire, une majorité craint pour la collégialité, oubliant que celle-ci relève de l’éthique personnelle et pas du nombre…

Lors des discussions, les opposants à une telle réforme (principalement PLR et UDC) ont notamment rassuré les Tessinois en argumentant qu’elle n’était pas nécessaire pour satisfaire leur revendication légitime, des promesses ont été faites, et elles sont suffisamment récentes pour que les députés tessinois les rappelle opportunément à leurs collègues. La députation tessinoise compte bien utiliser cette botte secrète en faveur d’Ignazio Cassis.

Ironie de la campagne actuelle, la Vaudoise Isabelle Moret avait soutenu cette réforme et s’était fortement engagée pour une clarification du texte de la Constitution sur la représentation des régions, qui varie d’une langue à l’autre.

En février 1999, l’abrogation de la « clause cantonale » avait recueilli 74,7% de oui, la preuve que le peuple et les cantons ne sont pas aussi rétifs qu’ont le dit à des réformes dans la manière de choisir les conseillers fédéraux.

A quand une initiative populaire pour le passage à 9 conseillers fédéraux, qui donnerait les moyens à l’Assemblée fédérale de mieux gérer les questions de genre et de représentativité régionale et de se concentrer sur les compétences des candidats?

Pour mémoire, une analyse sur les avantages du passage de 7 à 9:

http://chantaltauxe.ch/tessin-a-quand-un-conseiller-federal/

 

Les meilleurs au Conseil fédéral ?

Je mets les pieds dans le plat. Les Vaudois n’ont jamais vraiment bien compris pourquoi ni Pascal Broulis ni Pierre-Yves Maillard n’est devenu conseiller fédéral alors qu’il s’agissait, chacun dans son genre, des deux meilleurs de leur génération. L’un a été écarté par le groupe parlementaire PLR, l’autre par l’Assemblée fédérale.

Tout ça pour se retrouver avec Guy Parmelin!!!

D’où ce sentiment de ne pas vraiment se sentir représentés au gouvernement. Je me demande ce que l’on va inventer cette fois-ci pour écarter Pierre Maudet, lui aussi considéré comme un surdoué. On ne peut pas lui reprocher de ne pas savoir l’allemand!!!

J’espère que le groupe PLR choisira un ticket à 3, qui ménage une chance pour Isabelle Moret, meilleure élue romande au Conseil national, comme à Pierre Maudet, meilleur politicien de la génération d’après Broulis et Maillard.

 

 

 

 

 

 

Succession au Conseil fédéral: le calvaire des femmes PLR

Pour les femmes du parti libéral-radical, il semble toujours un peu plus difficile de recueillir l’investiture du parti et son plein soutien lorsqu’elles songent à briguer l’exécutif.

Comme si pour les hommes du PLR, il était immensément plus douloureux, profondément plus insupportable, de respecter la parité que pour les socialistes ou les démocrates-chrétiens…

C’est à se demander si, dans ce parti, quelqu’un se souvient encore du rôle moteur qu’il joua dans l’acquisition du droit de vote des femmes!

Le traumatisme de l’affaire Kopp n’explique pas tout – et il date. Il y a plutôt, chez certains membres de ce parti, des reliquats de machisme qui ne s’assume même pas.

Premier exemple qui me revient en tête, Jacqueline de Quattro. Lors de la succession de Jacqueline Maurer, première femme élue au Conseil d’Etat vaudois, la section cantonale n’avait pas estimé qu’il allait de soi qu’il fallait proposer à nouveau une candidate. C’est la section femmes qui avait lancé le nom de Jacqueline de Quattro usant d’une clause des statuts que tout le monde avait oublié. Ce fut un coup de maître. Mais aujourd’hui encore, certains messieurs ne lui ont toujours pas pardonné son culot et son aplomb.

Au niveau fédéral, c’est un vrai calvaire. Les déconvenues ont été spectaculaires. Pendant des années, la Bernoise Christine Beerli, au parcours parfait (conseillère aux Etats et cheffe du groupe parlementaire), fut décrite comme favorite à la succession de Kaspar Villiger. En 2003, une majorité de l’Assemblée fédérale préféra à cette Biennoise brillante le terne Hans-Rudolf Merz, qui se révéla fort décevant par la suite.

Auparavant, en 1998, lors de la succession de Jean-Pascal Delamuraz, la Vaudoise Christiane Langenberger se porta candidate. Comme ancienne présidente de l’Association des droits de la femme, elle voulut prendre date en imposant un ticket avec un candidat et une candidate. Il fallut 5 tours pour que Pascal Couchepin l’emporte. Certes, ce n’était pas la première fois que l’Assemblée fédérale se voyait offrir le choix entre deux candidats officiels. Mais depuis cet épisode, l’habitude s’est prise à Berne d’exiger des grands partis qu’ils proposent un choix paritaire.

En 2009, lorsque Pascal Couchepin décide de s’en aller, un nom s’impose très vite dans le bal des prétendants, celui de la Genevoise Martine Brunschwig Graf. Là encore, un parcours parfait : conseillère d’Etat, puis conseillère nationale, parfaite bilingue. Elle fut écartée de la course par Christian Lüscher qui prit ensuite sa place sur le ticket avec Didier Burkhalter.

En 2010, lors de la succession de Hans-Rudolf Merz, l’heure semble venue pour une femme alémanique. Le PLR dispose d’une perle en la personne de Karin Keller Sutter, conseillère d’Etat saint-galloise. Elle fait ticket commun avec Johann Schneider-Ammann. On connaît la suite, le parti socialiste fait pencher la balance en faveur du conseiller national bernois, quand bien même ce jour là une autre Bernoise (la socialiste Simonetta Sommaruga) a déjà été élue.

Si on rembobine l’histoire, il faut bien constater que Christiane Langenberger, Christine Beerli, Martine Brunschwig Graf et Karin Keller Sutter étaient toutes des personnalités brillantes, au-dessus de la moyenne des parlementaires lambda, des femmes indépendantes, parfaitement bi, tri ou quadri lingues. On leur a pourtant chaque fois préféré d’honnêtes hommes, mais d’un calibre politique inférieur (à l’exception du duel Couchepin/Langenberger – personne ne contestera que le Valaisan ait démontré un fort tempérament au Conseil fédéral).

Après sa candidature de combat, Christiane Langenberger a été élue au Conseil des Etats, elle a aussi présidé son parti. Elle est décédée en 2015.

Christine Beerli est devenue vice-présidente du CICR. Elle porte haut les idéaux humanitaires de la Suisse.

Martine Brunschwig Graf est devenue présidente de la Commission fédérale contre le racisme. Elle est une autorité morale reconnue, au langage clair. Pas du genre à démissionner dix-huit mois après avoir été réélue au Conseil fédéral en laissant en jachère un dossier crucial pour l’avenir du pays (si je puis me permettre cette petite pique contre Didier Burkhalter dont le choix du moment reste tout de même assez énigmatique).

Karin Keller Sutter a été élue au Conseil des Etats, et il est encore permis d’espérer qu’elle accède au Conseil fédéral lorsque Johann Schneider-Ammann le quittera.

D’ici là, et même tout prochainement, on espère que la Tessinoise Laura Sadis et les Vaudoises Jacqueline de Quattro ou Isabelle Moret pourront s’imposer dans la course.

Car, si la Constitution fédérale impose une représentation équitable des régions au gouvernement, elle prescrit encore plus impérieusement le respect de l’égalité hommes-femmes.

Les trois noms que je viens de citer ont l’avantage d’assurer une meilleure parité, une représentation équilibrée des régions. Surtout, ces trois femmes sont dotées de compétences au moins équivalentes, souvent supérieures, à bien des hommes élus ces dernières décennies au Conseil fédéral.