Triomphe des gouvernements cantonaux

Jolie démonstration ce dimanche: dans le canton de Neuchâtel le contre-projet l’emporte (60,5%), l’éolien n’est pas condamné. Dans le canton de Vaud, le contre-projet à Lavaux III s’impose également (68%), le vignoble le plus protégé de Suisse ne deviendra pas un musée figé.

Les deux Conseils d’Etat ont eu raison de ne pas abdiquer devant deux initiatives absolutistes, et de proposer une alternative plus praticable, qui laisse une marge de manoeuvre aux pouvoirs de proximité.

Le miracle ne s’est pas produit pour l’initiative de la « Marche blanche » pour que les pédophiles ne puissent plus travailler avec des enfants. La pédagogie a réduit le score, mais il était difficile de plaider la proportionnalité du droit dans un sujet aussi émotionnel. On peut juste espèrer que les vainqueurs respectent les vaincus, et cessent de les mettre au pilori parce qu’ils avaient une appéciation différente de situation.

Les votes vaudois et neuchâtelois de ce dimanche prouvent au moins qu’il vaut la peine d’essayer, que le souverain peut se laisser convaincre, que le pragmatisme a encore de beaux jours devant lui et que les gouvernements cantonaux ne souffrent pas du même discrédit que le Conseil fédéral.

Tous contre l’initiative « contre l’immigration de masse »

Il est tout à fait inhabituel que le gouvernement vaudois se présente in corpore à une conférence de presse. Mais la solennité et l’importance de l’enjeu valait bien que les sept soient présents, a expliqué son président Pierre-Yves Maillard.

Au moment où les citoyens recoivent leur enveloppe de vote, le Conseil d’Etat leur recommande de:

– refuser l’initiative contre l’immigration de masse et l’initiative « financer l’avortement est une affaire privée »

– d’accepter FAIF, le fond de financement de l’aménagement de l’infastructure ferroviaire.

En cas d’acceptation du texte de l’UDC sur la réintroduction des contingents, le gouvernement vaudois redoute un retour des temps difficiles comme ceux que le canton a traversés dans les années 1990: chute de l’immigration, hausse du chômage, crise des finances publiques. Une période dépressive dont il est sorti à partir de 2002, date de l’entrée en vigueur de la libre-circulation des personnes.

Pierre-Yves Maillard a noté la conjnction de forces qui proposent, lors des votations du 9 février, des retours en arrière en refusant le développement des tansports publics, en voulant stopper l’immigration, ou en voulant pénaliser les femmes qui souhaitent avorter.

Historien de formation, le président du Conseil d’Etat souligne que les courbes de croissance comme celle de l’immigration ne montent jamais indéfiniment vers le haut, il arrive toujours un moment où elles se retournent. C’est pourquoi il faut profiter des périodes fastes comme celle que connaît le canton de Vaud pour investir dans les infrastructures, renforcer la protection des travailleurs et raffermir la cohésion sociale, cela permettra d’affronter les crises lorsqu’elles surviendront.

Depuis l’entrée en vigueur de la libre-circulation des personnes, Vaud a fait fondre sa dette iniatialement de 9 milliards de francs, il a doublé les subsides à l’assurance-maladie, et enregistré la création de 5500 emplois nouveaux par an.

Pourquoi prendre position sur des objets fédéraux? Les conseillers d’Etat notent qu’une fois les résultats et les conséquences concrètes de certains votes connus, des citoyens se plaignent parfois de ne pas avoir été suffisamment renseignés. Les Vaudois, qui ont toujours largement vité en faveur de la libre-circulation des personnes jusqu’ici, ne pourront pas dire qu’ils n’avaient pas été avertis.

Trois socialistes, trois libéraux-radicaux, une Verte, tous se sont exprimés sur les trois objets soumis au vote le 9 février, et sont sur la même longueur d’onde. Ils en ont profité pour détaillé  des mesures d’accompagnement « cantonales » comme un meilleur contrôle des sous-traitants notamment, et ont annoncé pour le premier trimestre un plan des mesures pour accroître le nombre de logements.

Sur le même sujet, dans L’Hebdo

Sur les blogs

  • François Cherix:

Vaud-Genève pour FAIF: un vrai couple

Heureuse image que celle offerte mercredi après-midi par Nuria Gorrite, François Longchamp, Pascal Broulis et Luc Barthassat: quatre conseillers d’Etat réunis pour plaider la cause de FAIF, ce projet de financement des infrastructures ferroviaires, sur lequel le peuple est appelé à se prononcer le 9 févier prochain.

Une socialiste, deux radicaux, un démocrate-chrétien, l’arc partisan illustre les alliances qui ont porté le projet lors des débats parlementaires.

Philippe Pidoux, autre conseiller d’Etat radical, qui avait agité l’idée de fusionner Vaud et Genève en 1997, avait vu juste. Les deux cantons sont faits pour collaborer, et ensemble ils jouissent d’une magnifique force de frappe.

La politique est faite de vision, mais les intentions ont toujours besoin de beaucoup de temps pour se concrétiser, et notamment d’institutions.

L’idée de mieux collaborer entre les deux cantons, et de financer ensemble des projets ou des institutions, avait été lancée au Forum des 100, organisé par L’Hebdo en mai 2008 (comme l’a rappelé François Longchamp, président du Conseil d’Etat genevois). Elle s’est traduite l’année suivante par la signature d’une convention sur les infrastructures supra-régionales entre les deux cantons, puis la signature d’une autre convention avec l’Office fédéral des transports et des CFF. En 2010, c’est la constitution du Comité rail-route Vaud-Genève; en 201, la Métropole lémanique est créé, son poids démographique et économique est documenté et acquière une visibilité particulière.

En 2012, la première étape du projet ferroviaire Léman 2030 est lancée. En juin 2013, les Chambres ficellent le paquet FAIF, qui contente un maximum de besoins régionaux dans toute la Suisse.

Et ce 18 décembre, Vaud et Genève communiquent de concert leur soutien à une réalisation essentielle pour la Métropole lémanique. 

Reste à gagner la votation du 9 février.

Après le refus de la vignette le 24 novembre dernier, la chose paraît moins couler de source qu’il y a quelques mois, lorsque régnait l’euphorie d’avoir conçu un projet fédérant toutes les régions du pays. Ceux qui pensent que la Suisse a trop d’immigrés (et qui voteront oui à l’initiative de l’UDC contre l’immigration de masse) peuvent être tentés de glisser un non à FAIF: s’il y a moins d’immigrés alors les infrastructures seront moins engorgées. Mauvais calcul, car les infrastructures sont d’ores et déjà inadaptées, la Suisse romande ne faisant que combler son retard. Mais, la tentation serait logique.

Quoi qu’il en soit, la descente dans l’arène des ministres cantonaux est une bonne chose. Elus de proximité, jouissant d’une popularité réelle, ils peuvent très opportunément  renforcer le pouvoir de conviction de conseillers fédéraux, moins habitués qu’eux à rencontrer et motiver les foules.

En matière de rails, Vaud et Genève ont tout du vrai couple, ne dit-on pas que les mariages réussis sont ceux où les deux conjoints regardent le même horizon?

Pas d’effet Maillard

Le canton de Vaud n’est plus représenté au Conseil fédéral depuis 1998. La frustration est patente, mais l’engagement du président du Conseil d’Etat, Pierre-Yves Maillard, pour l’élection du Conseil fédéral par le peuple, n’a pas fait verser les citoyens. Les Vaudois disent non à 80%. Ils ne se sont guère mobilisés non plus pour exprimer leur frustration: même pas 40% de participation.

Cette indifférence contraste avec celle des Tessinois, autres bannis notoires de la gouvernance nationale: ils ont dit oui à 32% à l’élection du Conseil fédéral par le peuple (participation de 37%), un score bien plus élevé que dans les autres cantons, alors que la clause latine de l’initiative leur laissait peu de chance de voir l’un des leurs élus. A moins que les votants d’Outre-Gothard aient parié que les candidats tessinois, meilleurs polyglottes que les Romands, auraient eu plus de chances de séduire les Alémaniques.

Ambiance post-triomphe de Weber pour Lavaux

Les délais pour voter sur l’initiative « Lavaux III » sont largement explosés depuis longtemps (même si chacun des reports peut être justifié par un détail de la procédure), mais on attendra encore quelques jours? semaines? pour savoir si le Conseil d’Etat vaudois lui opposera un contre-projet.

Paradoxe, les contours du contre-projet sont connus. Sur la base de consultations de tous les milieux concernés, Béatrice Métraux, en charge de l’aménagement du territoire, a trouvé une sorte d’oeuf de Colomb, un texte qui reprend tant la préoccupation des initiants que certains intérêts des opposants. La conseillère d’Etat verte essaie d’éviter à Lavaux ce qui s’est passé en Valais: que le souverain impose à une population qui n’en veut pas de très strictes dispositions de protection du paysage.

Ce faisant, elle reconnaît un des arguments des opposants, à savoir qu’à terme la viabilité économique des vignerons du Lavaux est menacée si on ne leur permet pas de procéder à quelques travaux d’aménagement.

Une démarche louable, mais qui arrive un peu tard. Les résulats de la consultation dont Béatrice Métraux s’est fait l’écho ce jeudi 30 mai montrent aussi une volonté farouche des initiants comme des communes concernées d’en découdre. Les deux camps se sont déclarés hostiles à tout contre-projet.

Pour le gouvernement vaudois, le défi est le suivant: oser s’opposer à Franz Weber avec un contre-projet et prendre le risque de perdre. Les victoires d’Helvetia Nostra dans les urnes et devant le Tribunal fédéral, le oui des Vaudois à la LAT montrent que ce risque est élevé. Pour contrer Franz Weber, il faudrait un conseil d’Etat non seulement soudé derrière Béatrice Métraux, mais aussi que son président, le socialiste Pierre-Yves Maillard, monte au front et donne la réplique au tribun et à ses soutiens, au nom de la survie d’un secteur économique. Assistera-t-on à un tel choc?

Mauvais signe, le PLR, parti des trois ministres minoritaires (dont deux habitent la région concernée), n’a pas jugé opportun de répondre à la consultation initiée par Béatrice Métraux.

L’art du compromis à la vaudoise aurait-il du plomb dans l’aile?

Rosebud et Lavaux: deux symboles vaudois

Le Conseil d’Etat vaudois vient de statuer sur deux symboles, avec un esprit de compromis, dont on pourrait sourire, mais qui est le reflet de sa manière de fonctionner depuis bientôt une décennie. Pour cette génération de politiciens, la voie consensuelle vaut toujours mieux
que le foutoir des années 90.
Le gouvernement a ainsi remanié le projet du nouveau Parlement, dont le gigantesque toit avait généré l’été dernier un référendum consterné. La seconde mouture se fond plus harmonieusement dans la skyline de la Cité. Elle n’est toujours pas décoiffante. A vrai dire, l’ancien Parlement ne l’était pas non plus, il jouissait juste de l’inestimable patine de l’histoire, tout en contraignant les députés à un confort plus que spartiate. On peut donc se résoudre à l’accepter. Pour un geste architectural fort, il aurait fallu que gouvernement, Parlement et administration quittent la Cité, s’installent pourquoi pas près de la gare (c’eût été pratique pour les députés venant de tout le canton). Dominée par le Château enfin rendu au peuple vaudois, la colline historique serait devenue un quartier des musées. Il appartiendra à une
autre génération d’avoir cette audace.
Plus encore qu’à l’apparence de la Cité lausannoise, les Vaudois sont attachés aux vignobles de Lavaux. Par deux fois déjà et avec une sympathie grandissante, ils ont approuvé des textes exigeant que l’on protège leur trésor: en 1977, à 57% de oui, en 2005, à 81%.
Comme la première, la troisième initiative «Sauver Lavaux» a été motivée par un projet de construction maladroit. Le texte a connu ensuite un parcours rocambolesque: déclarée anticonstitutionnelle par le Conseil d’Etat, validée par le Grand Conseil, objet d’un recours
au Tribunal fédéral gagné, elle a pâti des changements de chefs du département et de majorité, non sans que
s’élabore un contre-projet indirect déjà entré en vigueur.
Alors que les deux camps fourbissent leurs armes pour la bataille finale devant le peuple (la majesté du paysage ou la survie économique des hommes qui le modèlent), le gouvernement veut donner une chance à un contreprojet, une technique déjà éprouvée lors de débats tout aussi émotionnels que furent ceux sur la fumée passive et l’euthanasie active.
Le compromis pourrait se nouer sur la définition des équipements d’intérêt public pouvant déroger à l’interdiction de toute nouvelle construction, ou les exceptions à l’extension des zones à bâtir.
Emotion ou raison? Le dilemme déchire les démocraties. Il n’est jamais vain d’essayer de les concilier.