Macron: un point de vue suisse

Vu de Suisse, le pari de Macron de gouverner au centre avec des majorités à construire à droite et à gauche à l’Assemblée ne paraît pas si fou que cela. Chez nous, cela fonctionne, ça oblige à la discussion, aux concessions réciproques, à une réflexion continue sur le bien commun, plutôt que la défense d’intérêts partisans, ou d’une partie du pays contre l’autre. Mais évidemment, cela oblige la classe politico-médiatique, biberonnée à l’alternance, à revoir tout ses logiciels, à reconsidérer tous ses préjugés, à abandonner toutes ses habitudes…

Je ne dis pas que cela va être facile. La France n’est pas la Suisse, mais il y a un gros potentiel d’efficacité dans le fait de vouloir surmonter les clivages gauche-droite et de chercher des majorités par projets.

L’exemple suisse montre que ce n’est pas toujours facile – ces dernières années l’art du consensus a été très contesté (notamment par l’UDC, et la volonté de certains d’imposer un « Rechtsruck » au Conseil national après les élections fédérales de 2015). Mais d’autres pays fonctionnent avec cette volonté pragmatique d’avancer: l’Allemagne (grande coalition), et l’Italie (chef de gouvernement PD, mais alliance persistante malgré les aléas récents avec l’ex-dauphin de Berlusconi, Alfano). De plus qui veut gouverner dans le cadre européen (dont la France est un pilier, ne l’oublions pas), a intérêt à dépasser les approches trop dogmatiques pour obtenir le soutien des autres pays membres, car les majorités politiques à 27 sont rarement alignées en même temps dans le même camp.

Vu de Suisse, le clivage repli/progrès, fermeture/ouverture qu’incarne le match Le Pen/Macron est bien connu aussi. Il scande notre vie politique depuis 25 ans.

Certains suggèrent que rien ne pourra réussir avant de passer à une VIème République. Je pense qu’avant de passer à une VI ème République, donc de s’embarquer dans une grande discussion institutionnelle, il faut résoudre quelques problèmes concrets des Français, comme le chômage de masse, la fiscalité,… Voyez Renzi qui a magistralement raté sa réforme institutionnelle, faute, notamment d’avoir redonné de l’espoir aux jeunes générations d’Italiens sans emploi, et qui ont assouvi leur frustration légitime en se sont vengeant dans les urnes (quels que soient les mérites de la réforme proposée).

 

Elections vaudoises: le statu quo?

Drôle de collision d’actualités électorales: d’un côté, on assiste médusé et inquiet à la présidentielle française la plus imprévisible – et la plus dangereuse – de l’histoire de la Vième République; de l’autre, on se désole d’une campagne pour les cantonales vaudoises apparemment trop lisse. Au Nord du Léman, l’enjeu ne serait que de connaître le score des uns et des autres, et de compléter l’équipe en place d’une unité dans la plus parfaite des continuités…  Un sondage a hier achevé de tuer le suspense (et peut-être de démobiliser ceux qui imaginaient utile d’aller exprimer des préférences ou satisfecit.) http://www.24heures.ch/vaud-regions/cesla-amarelle-partie-entrer-conseil-etat-vaudois/story/17629643

Je ne partage pas cette morosité désabusée. Pour plusieurs raisons:

  1. on ne peut pas exclure des surprises, une élection n’est jamais gagnée d’avance pour qui que ce soit, surtout si elle se déroule en deux tours. Certaines élections se jouent parfois à quelques centaines de voix. C’est faire injure aux petits candidats de donner à croire que leur engagement ne sert à rien, et que les préoccupations qui les animent et qu’ils portent dans les débats sont inaudibles. (Souvenons nous du Valais, où un inconnu, Frédéric Favre- radical certes – s’est frayé un chemin au Conseil d’Etat en quelques semaines).

2. majorité de gauche ou de droite au Conseil d’Etat, ce n’est pas un détail, même si la collaboration se veut « dynamique », je préfère « constructive », entre ses membres. La composition du Grand Conseil, l’équilibre des forces, le poids des petits partis, ce ne sont pas non plus des points de détails.  Le législatif n’est pas une chambre d’enregistrement, sa qualité tient aussi beaucoup aux individualités qu’il s’agit d’y élire – et pas seulement aux partis représentés. N’est-ce pas parmi eux que se trouveront celles et ceux qui brigueront un siège au gouvernement la prochaine fois?

3. majorité de femmes ou d’hommes au Conseil d’Etat, ce n’est pas non plus un détail. http://chantaltauxe.ch/conseil-detat-vaudois-une-majorite-de-femmes-cest-un-enjeu/

4. les journalistes aiment le bruit et la fureur des campagnes politiques – cela fait plus de grain à moudre – mais il n’est pas sûr que les citoyens éprouvent le même besoin de spectacle ou de petites phrases assassines. Face à une actualité mondiale devenue très incertaine, voire angoissante, ils apprécient la stabilité de leurs gouvernants. Voyez le Conseil d’Etat neuchâtelois – au bilan bien moins éclatant que son homologue vaudois – réélu in corpore, malgré les critiques. Il n’y a pas de placidité vaudoise, ni de fatale mollesse, il y a un gouvernement qui a dans l’ensemble très bien fait le job, et dont les succès et réalisations gomment comme par enchantement les revers ou sources d’agacement.

5. avec le retrait d’ Anne-Catherine Lyon, l’actuel collège perd sa doyenne de fonction, celle qui était déjà là, tout comme Pascal Broulis (élu le même jour mais moins bien), quand les autres sont arrivés.  La dynamique du gouvernement doit beaucoup à la socialiste, dont elle fut un rouage essentiel. Anne-Catherine Lyon formait avec Pascal Broulis un tandem moins médiatique mais pas moins efficace que celui que le ministre des finances constitue avec l’actuel président du Conseil d’Etat Pierre-Yves Maillard. Juriste de formation comme elle, elle a ensuite entretenu une relation complice avec Jacqueline de Quattro, puis avec les deux dernières figures féminines Béatrice Métraux et Nuria Gorrite. On a beaucoup dit d’Anne-Catherine Lyon qu’elle avait pacifié l’école vaudoise, elle a eu ce même effet consensuel sur le fonctionnement du collège (très conflictuel avant 2002). Quelle que soit la composition du nouveau collège, il devra se reconfigurer.

6. par commodité, on imagine que la ou le nouvel élu(e) reprendra le Département de la Formation et de la jeunesse, les débats ont donc beaucoup porté sur la suite à donner à la réforme de la loi sur l’enseignement obligatoire (LEO). Mais un conseiller d’Etat n’est pas qu’un chef de Département, c’est un septième du pouvoir. Ses succès, ses faiblesses ou ses erreurs rejaillissent sur les autres, surtout dans un gouvernement qui a multiplié la gestion croisée des gros dossiers, impliquant plusieurs départements. Le bien de l’école vaudoise est une responsabilité collective – les moyens que lui accorde ou pas le ministre des finances ont une influence, tout comme le statut du personnel, deux dossiers en mains respectivement de Pascal Broulis et de Nuria Gorrite.

7. à chaque nouveau venu, le gouvernement re-réfléchit à son organisation administrative: si les titulaires de département ne changent pas, les services parfois bougent au gré des envies personnelles, équilibres politiques ou compétences particulières. Ce genre de changement n’est pas anodin non plus.

8. on oublie qu’avant d’être cette mécanique parfaitement huilée, le gouvernement vaudois a connu une décennie de crise. La Constituante a servi de thérapie de groupe, et remis les institutions en place. Elle a notamment exigé un programme de législature qui dès l’aube de leurs travaux communs lie les sept élus entre eux. Elle les a aussi doté d’outils de prospective qui les oblige à anticiper les priorités sur le long terme. L’effet de ces outils sur les débats – et la campagne – me semble sous-estimé. La chose mériterait en tout cas une investigation plus fouillée.

9. enfin la responsabilité de la lisse campagne n’incombe pas seulement à ses protagonistes candidats mais aussi à ses animateurs. S’ils ne se disputent pas entre eux, au nom de la collégialité, qu’est-ce qui empêche les journalistes de les mettre sous pression collectivement, par exemple sur les enjeux numériques ou démographiques ou les priorités d’investissement?  Il y a dans ces trois domaines assurément matière à polémique.

10. enfin bis, un siège ayant été libéré, la discussion sur la relève ou la législature de trop s’est totalement éteinte. C’est dommage: la limitation que les socialistes s’impose fait-elle sens, d’autres partis devraient-ils se l’appliquer? n’est-elle pas au contraire un formidable gâchis de compétences? comment les plus anciens des ministres en place entendent-ils rester efficaces? ou encore, ne surestime-t-on pas le poids des ministres, quid de l’administration et des hauts fonctionnaires?

11. il est clair que si les actuels conseillers d’Etat vaudois sortant – ou au minimum deux ou trois d’entre eux – avaient un bilan totalement nul, la campagne serait plus animée. Des semaines de passion et de fièvre après cinq ans de souffrance ou d’énervement, en somme. Je préfère une campagne un peu lisse à un gouvernement inefficace, offrant le douloureux spectacle de son impuissance. Pas vous?

 

 

Jacques Nicolet « ne fait pas Conseiller d’Etat ».

« Un conseiller d’Etat, c’est une machine à décider », m’expliquait naguère un ancien ministre radical. J’ai repensé à cette phrase, qui dit l’aplomb nécessaire à l’activité gouvernementale, en prenant connaissance de la nième gaffe du candidat Jacques Nicolet.

Voilà que notre UDC vaudois a fâché les vétérinaires ( voir l’article de 24 heures: http://www.24heures.ch/vaud-regions/jacques-nicolet-provoque-colere-veterinaires-vaudois/story/10621038 ). Encore une fois, il dit avoir été « mal compris ». C’était déjà son excuse à propos de Marine Le Pen, lorsque la RTS lui avait demandé à qui allait ses préférences dans la campagne présidentielle française.

Cela commence à faire beaucoup.

Interpellé par Nasrat Latif de la Télé qui lui demandait « qui est Charles Maurras? », Jacques Nicolet avouait ne pas savoir. Le théoricien du « nationalisme intégral » est pourtant cité dans le document de référence de l’UDC-Vaud, dont Jacques Nicolet apparaît comme le premier signataire. Le prétendant au Conseil d’Etat paraphe-t-il des documents qu’il n’a pas lu?

M. Nicolet semble avoir un réel problème avec les programmes de son parti: la pratique de la préférence nationale y est dûment mentionnée. Selon l’UDC, il faut, chaque fois que cela est possible, limiter le recours à la main d’oeuvre étrangère (nous avons même voté sur cette idée en février 2014). En devenant conseiller national, en reprenant la présidence de la plus grande section romande, M. Nicolet aurait dû cesser d’avoir recours à un vétérinaire français. Les élus, surtout ceux qui briguent les plus hautes fonctions, ne doivent-ils pas se montrer exemplaires?

Et que dire de sa formule sur les « avortements de confort » ( voir http://www.24heures.ch/elections-cantonales-2017/nos-debats/jacques-nicolet-cesla-amarelle-croisent-fer/story/18507860?track  ) ? Notre conseiller national croit-il sérieusement qu’une femme, quels que soient ses motifs, avorte par « confort »?

Que de confusions, de maladresses et d’incohérences!  Un Chef de Département doit pouvoir se faire comprendre clairement de son administration, du Grand Conseil et, évidemment, des journalistes.

La clarté et l’assurance sont des qualités minimales que les électeurs sont en droit d’attendre de ceux qui prétendent les gouverner.

On se souvient de la phrase prémonitoire de Cecilia Sarkozy, à propos du mari qu’elle s’était décidée à abandonner: « Nicolas, il ne fait pas président ».

Jacques Nicolet décidément  « ne fait pas Conseiller d’Etat ».

 

Jusqu’où ira le désespoir à la française ?

La présidentielle française ressemble à un missile fou dont plus personne ne semble capable de reprendre le contrôle.  Est-ce que cela peut encore bien se terminer? Qu’est ce que serait une fin satisfaisante?

Macron élu, la Grande Nation s’offrirait un souffle de modernité. Mais les ennuis ne sont-ils pas programmés à l’Assemblée? Quelle majorité pour gouverner? Macron président peut-il pulvériser le clivage gauche droite une seconde fois lors des législatives?

Fillon élu, la France sacrifierait à la logique de l’alternance rituelle, mais le premier ministre devenu président réussira-t-il à se montrer crédible et serein après une campagne aussi boueuse et exaspérée?

Ce qui frappe, c’est que ce grand exercice démocratique est devenu l’expression d’une somme de frustrations et d’envies d’en découdre genre « du passé faisons table rase ». C’est inquiétant.

Il y a une an, les Français se désespéraient de devoir choisir entre Sarkozy, Hollande et Le Pen. Le renoncement de Hollande, les primaires et la marche décidée de Macron ont bien modifié ce casting déprimant. Mais, les Français ne semblent toujours pas soulagés d’avoir un choix somme toute assez élargi.

Prisonniers de leur colère (dont on se gardera de dire qu’elle n’est pas légitime tant la gauche que la droite ont depuis 30 ans failli à leurs engagements) les Français sauront-ils voter utile et efficace pour s’éviter la catastrophe que serait l’élection de Marine Le Pen? Ou voudront ils punir leur classe politique impuissante malgré les conséquences?

L’immunité ouvrière et la nuit du 4 août

La formidable sortie de Philippe Poutou à l’encontre de Marine Le Pen sur l’absence d' »immunité ouvrière » restera comme un temps fort de  cette délirante campagne présidentielle de 2017. Beaucoup se sont demandé si un grand débat avec onze candidats faisait sens. Rien que pour l' »immunité ouvrière », ça valait la peine.

En une formule cinglante était résumée la sourde colère populaire contre des élus qui abusent de leurs privilèges et ne se rendent même plus compte que cela choque la population.

En France, comme en Suisse d’ailleurs, on n’observe pas assez ce qui se passe en Italie. La révolte des Transalpins contre la « caste », c’est à dire les politiciens abusant de leurs privilèges de fonction, a commencé il y a une bonne décennie.

Exacerbé par l’ostentatoire spectacle berlusconien, le train de vie des élus italiens était réputé fastueux: voiture de fonction avec garde du corps, langouste la moins chère de Rome au restaurant du sénat, coiffeur à des prix défiants toute concurrence,… sans parler des indemnités les plus généreuses d’Europe. Tout cela fut dénoncé dans un livre justement intitulé « La Casta ».*

Depuis, la nécessité d’assainir des finances publiques calamiteuses a remis un peu d’ordre dans cette débauche de petits et grands avantages. Mais les privilèges de la « caste » ont durablement nourri les critiques anti-système et gonflé les résultats électoraux du Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo.

En France aussi, suite à quelques affaires, le train de vie des politiques a été revu à la baisse. Mais le sentiment qu’une petite caste parisienne vit dans une bulle, entre bling-bling et bobo, ne s’est pas éteint. Les costumes offerts à François Fillon ne sont, à cet égard, que la pointe de l’iceberg. Quelqu’un se souvient-il encore de tous les petits arrangements mis au point par la Chiraquie pour assurer son rang dans la monarchie républicaine?

C’est peut-être le moment de se demander à quoi sert l’immunité parlementaire? Historiquement, elle doit garantir une certaine liberté de parole et d’action à l’élu, pendant son mandat. Cette couverture doit-elle s’étendre à la manière de s’organiser et d’utiliser les deniers publics mis à disposition d’une fonction et pas d’une personne? Rien n’est moins sûr. Les parlementaires peuvent d’ailleurs lever cette immunité lorsqu’ils considèrent qu’un collègue en a abusé.

En matière de privilèges, Jean-François Kahn proposait en 2013 dans « Comment s’en sortir » une mesure de salubrité publique: de procéder périodiquement à une nuit du 4 août 1789, c’est-à-dire à l’abolition de tous les privilèges, avantages de fonction et autres niches fiscales qui ruinent l’égalité entre citoyens (quitte à en repromulguer ensuite quelques uns permettant réellement de combler les inégalités). Une manière de remettre les compteurs à zéro, un exercice de transparence obligeant à expliquer le pourquoi du comment, une sorte de révolution démocratique refondant à intervalles réguliers le pacte républicain qui unit ceux qui élisent à ceux qui les représentent.

Un dernier point toutefois, deux contre-points plutôt: la dénonciation des privilèges relève de la salubrité démocratique, mais, s’il faut montrer du doigt certains élus politiques, que dire du train de vie de certaines élites économiques! Attention au miroir déformant… La pipolisation extrême et la personnalisation du débat politique n’arrangent évidemment rien à l’affaire, et nuisent à la perception des enjeux.

 

  • Sergio Rizzo e Gian Antonio Stella, Rizzoli, 2007

Echecs de l’UDC: une question de savoir-faire

D’où viennent les échecs à répétition de l’UDC dans les récentes élections en Suisse romande? Le désarroi des principaux concernés fait peine à voir. Les victoires étaient collectives, désormais les défaites cherchent des bouc-émissaires: Freysinger en Valais, Perrin à Neuchâtel,…

Les échecs comme le désarroi tiennent, à mon sens, de la même explication: l’UDC sait tenir des discours, mais elle n’a pas le savoir-faire, le savoir-réaliser.

Avec sa posture anti-système, anti-élites, la mouvance blochérienne soulève des questions, mais elle se révèle incapable d’y répondre.

Manque à ce parti, en tout cas en Suisse romande, la culture gouvernementale, c’est-à-dire l’obsession du résultat concret qui impacte réellement sur la vie des gens. Quand ils sont propulsés dans un exécutif, les élus UDC sont mal entourés, mal conseillés. Le discours rigide, carré, qu’ils ont tenu pour se faire élire les prépare mal à la concertation et à l’exercice de la collégialité.

Et leur parti, prisonnier de sa constante surenchère verbale et de la nécessité de choquer le chaland pour exister, ne leur est d’aucun secours.