Des papables à la hauteur de la reine Doris

Qui succédera à Doris Leuthard et à Johann Schneider-Ammann le 5 décembre prochain ? Le profil des deux démissionnaires de la semaine nous offrent d’utiles indications. *

Commençons par un point commun: les deux ont été des ministres de l’économie.  Elle d’abord, très concernée par le pouvoir d’achat des Suisses, thématisant l’ ilôt de cherté. Lui ensuite, plus porté sur les conditions-cadre favorables aux industries d’exportation. Il est resté très loin des préoccupations de la population en matière d’emploi, malgré le fiasco du 9 février 2014. On voit donc qu’une même fonction peut être très diversement habitée selon les choix de l’Assemblée fédérale.

Pour le reste, le jeu des différences entre l’Argovienne et le Bernois est saisissant. En 2006, elle fut élue comme une reine, sans contestation ni frustration, après une série d’élections sous tension à propos de la place à donner à l’UDC au gouvernement. En 2010, lui fut choisi au détriment de Karine Keller-Sutter, la gauche jouant la carte du grand patron aimable avec les syndicats. On a pu mesurer la bêtise de ce minable calcul l’été dernier. Le libéral-radical n’a su ni faire progresser ni moderniser le partenariat social, d’où la crise actuelle sur les mesures d’accompagnement.

Pourquoi ce comparatif ? Après l’expérience Blocher, celle Schneider-Ammann démontre définitivement que les grands patrons ne font pas de bons conseillers fédéraux.

Prototype de la politique politicienne, présidente de son parti au moment de son élection, la démocrate-chrétienne a au contraire été une excellente conseillère fédérale. Une vraie première de classe charismatique et populaire, comme Berne en a compté trop peu ces dernières décennies: compétente pour évaluer les chances d’un projet et forger des majorités au parlement ou devant le peuple

Les patrons devenus ministres commandent et s’étonnent de ne pas être obéi. Ils ont du mal à considérer les opposants politiques comme des partenaires potentiels pour établir un compromis. Leur habileté politique est faible même si leurs succès en affaires a été tonitruant.

Il faut espérer que l’assemblée fédérale retienne la leçon : politicien à ce niveau-là, c’est un métier. Il faut souhaiter que les 246 parlementaires corrigeront la faute de 2010 et feront de Karin Keller-Sutter une nouvelle reine. Elle seule parmi les papables PLR mentionnés a le potentiel d’une Doris Leuthard.

L’autre principe qu’il faudrait admettre pour donner à la Suisse un gouvernement dynamique, c’est qu’il ne faut pas redouter d’élire des personnalités fortes. Une addition de mous ne constitue pas un bon collège. On ne choisit pas seulement des chefs de département, il s’agit de porter au plus haut niveau des femmes et des hommes qui ont le sens impérieux de l’Etat. Il faut des tempéraments qui supportent la contradiction amenée par les autres conseillers fédéraux et sont prêts à trouver un chemin pour avancer. Ils faut des générales et des généraux à l’esprit indépendant, pas des petits soldats aux ordres de leurs partis.

Au sein du PDC, un homme possède ce profil. Il connaît bien la boutique et figure déjà sur les photos du Conseil fédéral. C’est le chancelier Walter Turnheer. Il serait directement opérationnel, et compte tenu des dossiers sur la table – relations bilatérales avec l’UE et initiatives de l’UDC – ce ne serait pas un luxe.

* Article paru en italien dans l’hebdomadaire dominical tessinois Il Caffè le 30 septembre 2018:    http://www.caffe.ch/section/il_commento/

Femmes: on double la mise

Ravie que la représentation féminine au Conseil d’Etat genevois double, et ravie que se soit une élue PLR, Nathalie Fontanet !  Elle rejoint Jacqueline De Quattro dans le club des conseillères d’Etat de droite romandes où là encore elle double la représentation. On a donc actuellement en Suisse romande dix conseillères d’Etat, 7 issues du PS, deux PLR et une Verte. J’espère que c’est de bon augure pour Karin Keller-Sutter.

Pour ceux qui souhaitent une vision nationale, le tableau de l’OFS: https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/politique/elections/gouvernement-cantonaux.assetdetail.5186041.html

 

Genève, l’art de la division

 

Genève vient de vivre sa première législature de cinq ans. * Cette plus longue durée a-t-elle permis à l’un des plus riches cantons de résoudre ses problèmes ? Pas vraiment : à 5,2%, le taux de chômage y reste le deuxième plus élevé du pays derrière Neuchâtel, la mobilité et le logement sont toujours des casse-tête.

Face à ses difficultés récurrentes, la République peine à jouer l’union sacrée. Le paysage politique est plus fractionné qu’ailleurs : cinq partis sont représentés au Conseil d’Etat, mais obtenir une majorité au Grand Conseil relève de la prouesse. Celui-ci est divisé en sept partis (et une poignée de hors-parti) qui constituent trois blocs de poids à peu près égal, gauche, droite et populiste.

Dès lors, un des principaux enjeux des élections du 15 avril est de savoir si l’organe délibérant demeurera indomptable. Trois listes se disputent le vote populiste et contestataire : l’UDC, le Mouvement citoyen genevois et une dissidence du MCG, lancée par son tonitruant fondateur Eric Stauffer, Genève en marche.

Paradoxalement, le MCG peut se targuer d’un beau succès : son conseiller d’Etat, élu il y a cinq ans, l’ancien conseiller national Mauro Poggia, est très estimé, notamment pour le combat contre le coût prohibitif des primes d’assurance-maladie, qu’il mène en tandem avec son collègue vaudois, et socialiste, Pierre-Yves Maillard. Son score pourrait toutefois pâtir des déboires de son parti, englué dans des problèmes de personnes.

C’est un trait de cette campagne, plutôt que de parler des problèmes de fond, et de leurs solutions, il fut beaucoup questions d’affaires. La conseillère d’Etat socialiste Anne-Emery-Torracinta, seule femme du gouvernement, est contestée, pour avoir mal géré les révélations de harcèlement suite à l’affaire Tarik Ramadan, naguère prof dans un collège genevois.  Et, c’est là, un autre enjeu des élections. Par le passé, les Genevois ne se sont pas privés de renvoyer à la maison des conseillères d’Etat au bilan respectable, mais à la communication maladroite. Dans un canton qui a offert deux conseillères fédérales, le risque existe qu’au soir du second tour, le 6 mai, il n’y ait qu’une seule élue au gouvernement.

En 2013, le PDC avait imposé à la surprise générale deux  des siens. Leur posture gouvernementale est diamétralement opposée : Luc Barthassat (ancien conseiller national) est hypercommuniquant mais peu efficace, alors que Serge Dal Busco est un chef du Département des finances discret mais respecté, d’autant qu’il a su réduire l’importante dette genevoise d’un bon milliard de francs.

Le PLR doit, lui, remplacer le président sortant, François Longchamp, qui quitte le gouvernement après trois législatures. La présidence est promise à Pierre Maudet, candidat malchanceux au Conseil fédéral contre Ignazio Cassis. Comme Pierre-Yves Maillard, qui avait concouru au gouvernement fédéral quelques mois avant les élections cantonales, le désormais quadragénaire Maudet devrait enregistrer un score canon et parvenir en tête des résultats.  A défaut d’être soudé pour gérer son insolente richesse, le canton tient au moins son champion.

* Texte paru dans l’hebdomadaire Il Caffè ce 8 avril 2018

http://caffe.ch/section/il_commento/

 

 

 

 

 

 

 

 

Succession au Conseil fédéral: le calvaire des femmes PLR

Pour les femmes du parti libéral-radical, il semble toujours un peu plus difficile de recueillir l’investiture du parti et son plein soutien lorsqu’elles songent à briguer l’exécutif.

Comme si pour les hommes du PLR, il était immensément plus douloureux, profondément plus insupportable, de respecter la parité que pour les socialistes ou les démocrates-chrétiens…

C’est à se demander si, dans ce parti, quelqu’un se souvient encore du rôle moteur qu’il joua dans l’acquisition du droit de vote des femmes!

Le traumatisme de l’affaire Kopp n’explique pas tout – et il date. Il y a plutôt, chez certains membres de ce parti, des reliquats de machisme qui ne s’assume même pas.

Premier exemple qui me revient en tête, Jacqueline de Quattro. Lors de la succession de Jacqueline Maurer, première femme élue au Conseil d’Etat vaudois, la section cantonale n’avait pas estimé qu’il allait de soi qu’il fallait proposer à nouveau une candidate. C’est la section femmes qui avait lancé le nom de Jacqueline de Quattro usant d’une clause des statuts que tout le monde avait oublié. Ce fut un coup de maître. Mais aujourd’hui encore, certains messieurs ne lui ont toujours pas pardonné son culot et son aplomb.

Au niveau fédéral, c’est un vrai calvaire. Les déconvenues ont été spectaculaires. Pendant des années, la Bernoise Christine Beerli, au parcours parfait (conseillère aux Etats et cheffe du groupe parlementaire), fut décrite comme favorite à la succession de Kaspar Villiger. En 2003, une majorité de l’Assemblée fédérale préféra à cette Biennoise brillante le terne Hans-Rudolf Merz, qui se révéla fort décevant par la suite.

Auparavant, en 1998, lors de la succession de Jean-Pascal Delamuraz, la Vaudoise Christiane Langenberger se porta candidate. Comme ancienne présidente de l’Association des droits de la femme, elle voulut prendre date en imposant un ticket avec un candidat et une candidate. Il fallut 5 tours pour que Pascal Couchepin l’emporte. Certes, ce n’était pas la première fois que l’Assemblée fédérale se voyait offrir le choix entre deux candidats officiels. Mais depuis cet épisode, l’habitude s’est prise à Berne d’exiger des grands partis qu’ils proposent un choix paritaire.

En 2009, lorsque Pascal Couchepin décide de s’en aller, un nom s’impose très vite dans le bal des prétendants, celui de la Genevoise Martine Brunschwig Graf. Là encore, un parcours parfait : conseillère d’Etat, puis conseillère nationale, parfaite bilingue. Elle fut écartée de la course par Christian Lüscher qui prit ensuite sa place sur le ticket avec Didier Burkhalter.

En 2010, lors de la succession de Hans-Rudolf Merz, l’heure semble venue pour une femme alémanique. Le PLR dispose d’une perle en la personne de Karin Keller Sutter, conseillère d’Etat saint-galloise. Elle fait ticket commun avec Johann Schneider-Ammann. On connaît la suite, le parti socialiste fait pencher la balance en faveur du conseiller national bernois, quand bien même ce jour là une autre Bernoise (la socialiste Simonetta Sommaruga) a déjà été élue.

Si on rembobine l’histoire, il faut bien constater que Christiane Langenberger, Christine Beerli, Martine Brunschwig Graf et Karin Keller Sutter étaient toutes des personnalités brillantes, au-dessus de la moyenne des parlementaires lambda, des femmes indépendantes, parfaitement bi, tri ou quadri lingues. On leur a pourtant chaque fois préféré d’honnêtes hommes, mais d’un calibre politique inférieur (à l’exception du duel Couchepin/Langenberger – personne ne contestera que le Valaisan ait démontré un fort tempérament au Conseil fédéral).

Après sa candidature de combat, Christiane Langenberger a été élue au Conseil des Etats, elle a aussi présidé son parti. Elle est décédée en 2015.

Christine Beerli est devenue vice-présidente du CICR. Elle porte haut les idéaux humanitaires de la Suisse.

Martine Brunschwig Graf est devenue présidente de la Commission fédérale contre le racisme. Elle est une autorité morale reconnue, au langage clair. Pas du genre à démissionner dix-huit mois après avoir été réélue au Conseil fédéral en laissant en jachère un dossier crucial pour l’avenir du pays (si je puis me permettre cette petite pique contre Didier Burkhalter dont le choix du moment reste tout de même assez énigmatique).

Karin Keller Sutter a été élue au Conseil des Etats, et il est encore permis d’espérer qu’elle accède au Conseil fédéral lorsque Johann Schneider-Ammann le quittera.

D’ici là, et même tout prochainement, on espère que la Tessinoise Laura Sadis et les Vaudoises Jacqueline de Quattro ou Isabelle Moret pourront s’imposer dans la course.

Car, si la Constitution fédérale impose une représentation équitable des régions au gouvernement, elle prescrit encore plus impérieusement le respect de l’égalité hommes-femmes.

Les trois noms que je viens de citer ont l’avantage d’assurer une meilleure parité, une représentation équilibrée des régions. Surtout, ces trois femmes sont dotées de compétences au moins équivalentes, souvent supérieures, à bien des hommes élus ces dernières décennies au Conseil fédéral.

 

Succession Burkhalter: pourquoi il faudrait s’intéresser aux compétences de candidats

Est-ce parce que la succession Burkhalter s’est ouverte après les élections présidentielles françaises, il me semble que l’on mesure cette fois-ci encore mieux que d’habitude à quel point notre pays ne fonctionne pas comme les autres. Pour le meilleur ou pour le pire.

Ailleurs, quand il s’agit de trouver des gouvernants, on s’interroge sur leurs programmes, leurs idées, leurs compétences.

Chez nous, la discussion tourne quasi exclusivement sur la provenance régionale ou cantonale, le genre. De compétences et d’idées, il en est ma foi assez peu question, comme si tout papable avait « naturellement » toutes les compétences requises, sans que l’on fasse beaucoup d’efforts pour le vérifier.

Dans un pays fédéraliste comme le nôtre, dans une société comme la nôtre, il est évidemment important de se soucier d’une juste représentativité des régions, des langues et des sexes.

Mais, le fait d’évacuer à ce point la question des idées et des compétences n’est pas très sain.

Beaucoup d’élections de ces dernières années ont privilégié les équilibres politiques. Il s’est notamment agi de trouver deux représentants de l’UDC au sens de la collégialité un rien plus développé que celui de Christoph Blocher. La satisfaction des revendications de l’UDC a-t-elle apaisé notre vie politique, rendu ce parti plus sensible aux nécessaires compromis qui sont la marque de notre système institutionnel? J’ai un gros doute.

Du coup, on se retrouve avec deux conseillers fédéraux dont le brio ne nous éblouit pas tous les matins. Doris Leuthard avait, elle, été élue pour ses compétences et son charisme, avec elle, nous n’avons pas été déçus. Le parti socialiste avait fait très fort lors de la succession Calmy-Rey en proposant deux fortes têtes, Alain Berset et Pierre-Yves Maillard. Serait-ce exagéré d’exiger du parti libéral-radical qu’il présente un ticket de la même valeur? Les intelligences et les compétences ne manquent pourtant pas au sein de ce parti, qui devrait se souvenir que la richesse de ses talents dépasse les travées du Palais fédéral.

Les questions qu’il faudrait se poser cette fois-ci pour choisir le ou la meilleur/e sont les suivantes:

  • qui pour faire avancer nos relations avec l’UE de manière durable, tant sur les fronts interne qu’externe. Qui saura le mieux convaincre à Bruxelles, dans les capitales, mais surtout en Suisse? La réponse appelle une connaissance pointue de l’enjeu, le courage de parler vrai. Un sens de la pédagogie. Que le nouvel élu reprenne le DFAE importe peu. Le Conseil fédéral dans son ensemble a besoin de nouvelles impulsions. Nos relations avec l’UE sont de la responsabilité collective du gouvernement.
  • qui pour repenser le financement de notre système de santé? Les primes d’assurance-maladie étranglent les classes moyennes, la chasse aux bobos anodins pour lesquels la population consulterait sans considération arrive à ses limites, tout comme la manie d’incriminer tel ou tel secteur (les médecins, les hôpitaux, la pharma, l’ambulatoire,…).
  • qui pour élaborer une stratégie permettant de s’attaquer à l’îlot de cherté suisse? Trente ans que l’on multiplie les études et les mesurettes et le nombre de Suisses qui traversent la frontière pour faire leurs emplettes à l’étranger ne cesse d’augmenter. D’autant que les prix étrangers sont désormais à partie de clics.
  • enfin qui pour articuler un contre-discours à celui de l’UDC prônant le repli nationaliste et égoïste? Au XXI ième siècle, la Suisse ne peut pas aller de l’avant avec une vision du monde datée. Le numérique ne disrupte pas que les activités des taxis. Le fonctionnement même des démocraties doit être repensé.

Compte tenu de l’état de la Suisse et des nouveaux défis qui l’attentent, c’est sur ces thèmes que l’on aimerait entendre les papables déployer avec force leurs convictions.

Je redoute qu’on les entende plutôt minauder pour ne pas fâcher ni effrayer les 246 grands électeurs de l’Assemblée fédérale.

C’est bien dommage, parce que le monde change, et que si la Suisse veut maintenir son train de vie, il vaudrait mieux qu’elle prenne les devants.

Pour compléter le collège actuel, il ne nous faut pas un quota linguistico-politico-acratopège, il nous faut un tempérament. Ne serait-ce que pour réveiller les autres! Après des années de gestion pépère et prudente des problèmes accumulés marquée par l’obsession de maintenir la collégialité (comme si elle était un but en soi, alors qu’elle n’est qu’un moyen), notre gouvernement doit retrouver une inspiration.

 

A la suite de cet article, La Télé m’a interviewée sur ce thème:

http://www.latele.ch/play?i=l-actu-vers-une-guerre-latine-dans-la-course-au-conseil-federal-24-07-2017-1800

 

 

 

 

Drôles d’intérêts tessinois!

La plupart des Tessinois en sont persuadés: la Berne fédérale ne comprend rien à la politique tessinoise. Ce que l’on peut dire, après l’annonce du parti libéral-cantonal de ne proposer que Ignazio Cassis comme candidat au Conseil fédéral, c’est que les Tessinois ne comprennent pas non plus grand chose à la politique fédérale.

Ce que veut l’Assemblée fédérale au moment d’introniser un nouveau Conseiller fédéral, c’est avoir le choix. Elle attend du groupe PLR qu’il propose un ticket avec deux noms. En ne proposant que Cassis, le PLR tessinois vient de diviser ses chances d’aboutir par deux. 

Désormais, les Romands sont parfaitement légitimés à présenter un candidat à la succession de Didier Burkhalter, et ils maximiseront leurs chances en mettant en avant une femme.

Cette idée que les intérêts tessinois sont solubles dans une seule personne, ce n’est pas sérieux. Surtout si cette personne est Ignazio Cassis, lobbyiste en chef des assureurs-maladie. Outre-Gothard, on croit avoir trouvé la parade à ce reproche: avant d’être élue au gouvernement, Doris Leuthard était surnommée « atomic Doris » et elle est pourtant à l’origine de la sortie du nucléaire.

Certes, mais l’énergie touche un peu moins le portemonnaie de tout un chacun que les primes d’assurance-maladie. Le nucléaire ne rogne pas le pouvoir d’achat des Suisses, année après année. Vraiment, il est étrange de vouloir associer la défense des vastes intérêts tessinois à ceux des assureurs-maladie- certainement une des corporations les moins populaires du pays.

Les Tessinois ont raison de penser que l’heure du retour de la Suisse italienne au Conseil fédéral a sonné. Mais plutôt que de donner des leçons de solidarité latine aux Romands, ils auraient mieux fait d’assumer leur ambition. En proposant deux noms, un homme, une femme, Ignazio Cassis et Laura Sadis, ils auraient coupé l’herbe sous les pieds des Romands et habilement mis la pression sur le groupe libéral-radical aux Chambres fédérales. Surtout, ils gardaient une carte dans leur jeu au cas où les liens d’Ignazio Cassis avec le lobby des assureurs se transformeraient en pesantes casseroles.

La messe n’est pas dite, l’Assemblée du parti cantonal, le 1er août prochain, pourra corriger l’erreur. Les femmes libérales-radicales aussi.

On doit à  une radicale vaudoise, Christiane Langenberger, l’habitude qui s’est installée de proposer à l’Assemblée fédérale un ticket avec deux noms (un homme, une femme, dans l’idéal et pour favoriser les candidatures féminines). C’était en 1998 lors de la succession de Jean-Pascal Delamuraz qui vit Pascal Couchepin triompher. Depuis, seule Doris Leuthard a été élue au premier tour et sans concurrence. Avec les doubles tickets, l’Assemblée fédérale a perdu l’habitude de pêcher un candidat surprise, non adoubé par son parti. Cette prérogative lui reste entière. Le PLR tessinois semble l’avoir complètement oublié, trop obsédé à ne vouloir pousser qu’un seul de ses champions.

 

Succession Burkhalter: un point de situation

Dix jours après l’annonce surprise de Didier Burkhalter, le favori reste Ignazio Cassis, lobbyiste des assureurs-maladie, bien qu’il ne se soit pas encore déclaré officiellement.

Plus courageuse, Laura Sadis a fait part de son intérêt. Les autres « papables » réfléchissent.

Quelques éléments de réflexion. Un sondage du Caffé, dimanche dernier, indiquait que trois Suisses sur quatre souhaitent l’entrée d’une nouvelle femme au Conseil fédéral. Cette préoccupation devrait aussi être celle du PDC, et plus particulièrement de tous les élus démocrates-chrétiens alémaniques sous la Coupole. Si une libérale-radicale n’est pas élue cette année et que Doris Leuthard s’en va l’an prochain, le débat sur la présence d’une seule et dernière femme au gouvernement (Simonetta Sommaruga) risque de s’enflammer et d’obscurcir leurs propres chances d’être choisis. En conséquence, les démocrates-chrétiens devraient se rallier à une candidature Sadis.

Depuis la démission d’Elisabeth Kopp (voir post précédent), la liste est longue des femmes PLR officiellement candidates qui ont été black-boulées : Christiane Langenberger en 1998 lors de la succession Delamuraz, Christine Beerli en 2003 lors de la succession Villiger, Karin Keller-Sutter en 2010 lors de la succession Merz. Le parti socialiste avait préféré à cette dernière Johann Schneider-Ammann, au motif fort spéculatif que celui-ci, patron d’entreprise, serait plus enclin au dialogue social. Depuis, les camarades ont pu mesurer la clairvoyance de ce choix.

Si le Tessin veut gagner, il doit proposer une femme. Et il ne doit pas tergiverser trop longtemps, sinon les prétentions romandes vont s’engouffrer dans la brèche On ne peut pas revendiquer un siège en priorité et ne pas se montrer prêts sous prétexte que la campagne sera longue et éprouvante pour celle ou celui qui se déclarerait trop tôt. C’est la fonction de conseiller fédéral qui est éprouvante, comme en a abondamment témoigné Didier Burkhalter, alors si le ou la papable ne se sent pas la force de faire face à un été sous pression, il vaut mieux renoncer d’emblée !

Christiane Langenberger: qui êtes-vous? Qu’allez-vous faire dans cette élection?

En janvier, la radicale vaudoise avait jeté l’éponge. Fin février, elle a décidé de revenir dans la course à la succession de Delamuraz. Pour qu’une femme soit candidate, mais aussi pour mettre son expérience de politicienne atypique au service du pays. *
– Vous êtes relativement peu connue sur la scène politique romande. Qui êtes-vous?
– J’ai 57 ans. J’ai élevé deux enfants et je suis maintenant jeune grand-maman. Attirée par le théâtre, je n’ai pas poursuivi mes études, mais je l’ai regretté. C’est pourquoi j’ai voulu reprendre des études dès que mes enfants ont dépassé l’âge de cinq ans, mais je n’y suis pas parvenue, mon mari (militaire de carrière à la retraite, réd.) étant trop absent. C’est cette expérience qui m’a conduit à m’intéresser à la question de la réinsertion des femmes dans la vie active. Après une formation à Paris, où j’ai passé deux ans avec ma famille, je me suis occupée, dès mon retour en Suisse, d’un bureau d’information à la Maison de la femme. Par la suite, je suis entrée à l’Association suisse des droits de la femme que j’ai présidée de 1981 à 1989. Je suis également devenue membre de la Commission fédérale pour les questions féminines, dont j’ai par la suite assumé la vice-présidence. Parallèlement, j’ai créé, en Suisse romande, un mouvement pour la promotion des femmes dans l’entreprise appelé «Des paroles aux actes». Je me suis donc faite moi-même, sur le tard.
– Et votre carrière politique?
– En 1986, j’ai été élue municipale. Par la suite, il m’a fallu du temps pour entrer au Grand Conseil, mon ambition étant freinée par le syndic du lieu, également député… radical. En 1995, enfin, j’ai été élue au Conseil national.
– Etes-vous entrée en politique pour faire passer vos idées féministes?
– Il y avait de cela, mais c’est surtout mon intérêt pour les questions économiques et de sécurité qui m’a motivée.
– Pourquoi le Parti radical?
– J’y avais de nombreuses connaissances. J’avais, en outre, de l’admiration pour Delamuraz, pour les Chevallaz. Je voulais oeuvrer là où c’était le plus difficile, où je sentais une résistance; je me suis d’ailleurs heurtée à des réactions contre mon féminisme. D’autre part, tout mon engagement est centré sur l’individu. Or, le Parti radical allait à sa perte: il négligeait les jeunes et les femmes. Il avait également perdu tout intérêt pour la politique nationale et internationale. Il fallait reconstruire ce parti.
– Y êtes-vous parvenue?
– Le Parti radical vaudois a beaucoup évolué. Je retiendrais cette image forte, lors de la conférence de presse annonçant ma candidature: sur le podium siégeaient quatre femmes et un homme. Cela montre bien le chemin parcouru.
– Comment avez-vous vécu votre arrivée à Berne?
– Il a fallu tout construire, faire sa place au milieu des Suisses alémaniques comme minoritaire, c’est-à-dire comme femme et comme Vaudoise. J’ai ressenti du mépris à l’égard des Romands, alors que je parle couramment le suisse allemand et que je comprends leur tempérament.
– On vous reproche une expérience politique limitée. Estimez-vous que vos activités dans la société civile comblent ce manque?
– Le fait d’avoir vécu une expérience différente est intéressante, car elle s’est nourrie au contact des réalités et non pas uniquement de la politique partisane. C’est cette expérience-là que j’apporte et pour laquelle on m’apprécie. Parce que je suis femme, j’ai un autre vécu que les politiciens traditionnels. Cela se traduit, notamment dans ce contexte économique difficile, par une écoute attentive des gens. Pour avoir beaucoup travaillé dans le secteur des ressources humaines, je suis convaincue que, dans les entreprises notamment, le problème est de bien les gérer, de sorte que l’on travaille dans un climat d’espoir et d’équilibre positif.
– Pourquoi avoir renoncé en janvier lorsque votre candidature a été évoquée?
– Je ne savais pas si je pouvais compter sur des soutiens. En face de moi se trouvait un Pascal Couchepin archiprêt. Toute la presse regorgeait d’interviews affirmant que les dés étaient déjà jetés.
– Est-ce à dire que cette élection est arrivée trop tôt?
– Oui. Mais il est temps d’ouvrir une nouvelle brèche. Ma candidature représente pour les femmes de droite un symbole. Advienne que pourra le 11 mars; le Parlement décidera.
– Comment réagissez-vous à la candidature de Gilles Petitpierre?
– Très positivement. C’est un grand bonhomme. On s’y attendait un peu. Le problème est juridique. Beaucoup de candidats ont renoncé à cause de la règle cantonale comme Dick Marti, Françoise Saudan, Fulvio Pelli. Je ne suis pas sûre que le Parlement autorisera cette entorse.
C’est un homme de réflexion, mais est-ce un homme de décision? Je ne sais pas, mais comme on me l’a aussi reproché, je ne vais pas donner des leçons.
– Que faire pour financer les assurances sociales?
– Il faut davantage de clarté dans les assurance sociales. Nous avons un méli-mélange où l’on reporte les charges du chômage sur l’assurance invalidité. Il faut plus de contrôle, car il me semble qu’il y a exagération. Ensuite, il faudra fixer des priorités. On devra créer un peu plus de solidarité. Je donne un exemple (qu’il conviendrait d’étudier dans le détail): peut-être que les riches n’ont pas besoin de toucher l’intégralité de leurs rentes AVS, et que l’on pourrait en retrancher un peu. Dans le domaine du chômage, il est impensable de faire de grandes coupes, on l’a vu en septembre dernier. Les élus de droite des cantons riches pensent que tout le monde a un salaire de 4000 francs. Selon moi, il faut trouver des solutions flexibles qui tiennent compte de la situation économique des cantons. Ce qui est valable à Zoug ne l’est pas forcément dans le Jura. En flexibilisant les coupes, en expliquant la gravité de la situation financière, en présentant l’intégralité du plan, en précisant qu’on allait aussi s’attaquer au budget militaire, à la protection civile, la mesure aurait pu passer.
– Mais peut-on toucher à l’assurance chômage?
– Il ne faut surtout pas la toucher pour les petits revenus. L’idée de Villiger de diminuer le nombre de jours pour que les gens reprennent plus vite un emploi est bonne en théorie. S’il n’y a pas d’emplois, cela devient difficile. On dit qu’il y a des emplois, mais il y a surtout inadéquation entre l’offre et la demande. Il va donc falloir que les Suisses se prennent un peu plus en mains, acceptent d’être plus mobiles, ou de voir diminuer momentanément leurs salaires. Aller travailler à Genève ou à Berne lorsque l’on est un chômeur vaudois ne devrait pas être un problème. Il y a peut-être des sacrifices à consentir momentanément, et ensuite on se refait sa place. Il faut aussi revoir les ORP (offices régionaux de placement), mieux cibler et renforcer les programmes de formation. Au départ, on a fait un peu de tout, c’était léger. C’est aussi bien une tâche de l’ex-OFIAMT que des cantons.
– 15% de TVA pour être eurocompatible et financer nos assurances sociales, cela vous paraît souhaitable?
– Il faudra s’en rapprocher mais en faisant attention à l’impôt fédéral direct, qui est très social (et qui n’est pas perçu dans l’Union européenne). Je me suis toujours battue contre l’abrogation de l’IFD à moins de mettre en place une TVA qui ne toucherait pas les petits et moyens revenus (comme la TVA perçue sur les produits de luxe). Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, il faut introduire plus de flexibilité.
– Défendez-vous le projet d’assurance maternité de Ruth Dreifuss?
– Il est indispensable d’améliorer la situation des jeunes couples. Mais dire que rien n’a été fait depuis cinquante ans, c’est faux. On a tout de même eu des améliorations avec la protection contre le licenciement et la loi sur l’assurance maladie. Cette fois-ci, on repart avec une mouture qui, grâce à l’influence des femmes PDC, prend en compte les mères au foyer. Apporter un petit quelque chose au moment de la maternité, ce n’est pas pousser à mettre au monde des enfants, surtout si l’on considère le montant de cette aide, modeste, en regard du coût réel. Mais c’est une certaine reconnaissance et un encouragement. Quant au financement, une proposition du Conseil des Etats veut utiliser le contenu des APG (assurance pertes de gain). C’est une bonne piste.
– On a beaucoup parlé de réforme du gouvernement ces dernières semaines. Votre avis?
– Je ne suis pas favorable à l’élection du Conseil fédéral par le peuple. Il ne faut pas dessaisir le Parlement de cette compétence. Mais, premièrement, il faut élargir le champ pour choisir des candidats, faire sauter la clause «pas plus d’un conseiller fédéral par canton» comme l’ont proposé Francine Jeanprêtre et mon parti. Deuxièmement, la maladie de plusieurs conseillers fédéraux nous l’a montré, la charge est inhumaine. Il faut un président, quelqu’un qui dirige, le collège, et, en-dessous, des ministres qui gèrent les départements. Il faut que le Conseil fédéral s’occupe de politique. Ce n’est plus possible de se laisser surprendre comme c’est le cas actuellement. Il faut une cellule de crise. L’affaire de fonds en déshérence, mal gérée, nous l’a montré.
– Vous êtes très critique…
– On ne peut plus continuer comme ça. C’est valable pour les conseillers fédéraux comme pour les parlementaires d’ailleurs. Si on n’a pas un secrétariat derrière soi, on ne peut pas faire un travail sérieux. Oui, je crois que la politique n’a plus vraiment les moyens d’exister. Je crois aussi que notre démocratie directe doit être remise en question pour éviter tous les freinages, blocages.
– L’élévation du nombre de signatures vous paraît-elle une mesure adéquate?
– Oui, mais c’est en train de louper. Je crois que certains sujets, trop complexes ou trop minimes, ne devraient pas aller devant le peuple. Etait-ce vraiment justifié de voter sur les FA/18, ne faut-il pas plutôt définir une stratégie et délivrer ensuite un budget global?
– N’est-ce pas paradoxal de vouloir supprimer la discussion au moment où le rapport de la Commission Brunner ouvre un grand débat?
– Je suis à 100% derrière Brunner. Active dans la protection civile (N.d.l.r.: elle a présidé un groupe d’études sur l’introduction d’un service général), cela fait des années que je dis qu’il faut réfléchir au-delà d’armée 1995. J’ai été malheureuse avec les crédits militaires et soulagée lorsque Jean-François Leuba, que l’on ne peut pas soupçonner d’antimilitarisme, a dit que l’on ne pouvait plus continuer à voter des crédits sans savoir dans quel concept de défense ils s’inscrivaient.
L’Europe
– Le Conseil fédéral doit prendre position sur l’initiative «Oui, à l’Europe». Que préconisez-vous?
– Je ne suis pas experte en relations internationales, mais je ne comprends pas les lenteurs des bilatérales, et pourquoi on n’a pas fait de concessions plus tôt. Quoi qu’il en soit, il faut finir ces négociations et affronter le référendum. Blocher pèse de tout son poids. Il ne faut pas refaire l’erreur de 1992 en parlant trop tôt d’adhésion. Le Conseil fédéral doit préparer un contre-projet qui gomme l’expression «sans délai», qui précipiterait les choses.
– Au Conseil fédéral, vous vous engageriez , après les bilatérales, pour une adhésion au plus vite?
– Oui.
– Ce sera une travail de titan..
– Je m’engagerai comme conseillère fédérale… ou comme conseillère nationale
– Vous vous donnez combien de chances le 11 mars prochain?
– Je ne sais pas. J’y vais maintenant. Je me bats pour les femmes.
* Texte paru dans 24 Heures et la Tribune de Genève le 2 mars 1998